LE DOCUMENT QUI L’A LIBERE EST INTROUVABLE: Imbroglio autour de la grâce présidentielle de Mamadou Oury Diallo ?


Le cas  Mamadou Oury Diallo, condamné  à  5  ans  de  prison ferme  en  première  instance dans  le  dossier  des  faux  médicaments  de  Touba  estimés à  1,3  Milliard  Fcfa  et  qui  venait  hier  devant  la  Cour  d’appel  de  Thiès  a  suscité  un grand  étonnement  dans  la salle  d’audience.  Le  document  prouvant  qu’il  a  été  libéré  par  grâce  présidentielle était  introuvable.  Résultat des  courses,  le  Président  a renvoyé  l’affaire  au  27  Mai.


C’est  la  grande  nébuleuse  sur l’affaire  de  la  grâce  présidentielle ccordée  à  Mamadou Oury  Diallo.  Condamné  en  première instance à 5 ans de prison ferme  dans  le  fameux  dossier des faux médicaments saisis par la  Brigade  de  gendarmerie  de Touba  pour  une  valeur  de  1,3 Milliard  Fcfa,  il  a  curieusement bénéficié  d’un  grâce  présidentielle  à  la  veille  des  fêtes  de Pacques  alors  que  son  dossier n’était  pas  définitivement  vidé. L’Ordre  des  Pharmaciens  avait tenu  une  conférence  de  presse pour  s’en  offusquer  et  leur conseil  Me  Abdoulaye  Babou  a fait  plusieurs  sorties  dans  la presse  pour  dénoncer  le  fait. Pendant  ce  temps,  Mamadou Oury  Diallo  qui  a  laissé  son  codétenu  Bara  Sylla  (condamné  à 7  ans)  en  prison,  serait  rentré chez  lui  en  Guinée  Conakry. Les  deux  prévenus  avaient  tous les  deux  interjeté  appel  et  l’affaire  venait  hier,  lundi  13  avril 2019  en  appel.  «Tous  les  deux, ils  ont  formé  appel  par  le  biais de  leurs  conseils.  Mais  à  la  surprise  générale,  il  n’y  avait  aucun document  prouvant  l’existence de la   grâce  présidentielle. C’était  la  stupéfaction  générale. C’est  la  première  fois  dans l’histoire  de  la  justice  sénégalaise qu’une  telle  chose  arrive.  Devant  l’étonnement  de  tout  le monde, le président du Tribunal a  demandé  qu’on  lui  fasse  la  situation  carcérale  de  Mamadou Oury  Diallo  et  renvoyé  l’affaire au  27  Mai  prochain.  Le  président  a  dit  qu’il  ne  comprend pas.  Qu’il  s’agisse  de  libération simple ou de grâce, il doit forcément  y  avoir  une  trace  dans  le dossier»,  a  déclaré  l’avocat. Joint  hier,  le  Directeur  de  la  Maison  d’arrêt  et  de  correction (Mac)  de  Diourbel  a  soutenu que  les  décrets  de  grâce  sont envoyés  dans  les  prisons  qui  se chargent  de  libérer  les  concernés.  Si  la  justice  veut  un  document,  les  fonctionnaires  du ministère  de  la  Justice,  précisément  ceux  de  la  Direction  des affaires  criminelles  et  de  grâces (Dacg)  sont  chargés  de  le  produire».  Comme  pour  dire  que l’administration  pénitentiaire n’a  aucune  responsabilité  dans ce  cas  de  figure. Nos  multiples  tentatives  de joindre  le  Directeur  des  affaires criminelles  et  des  grâces,  le  magistrat  Mame  Mandiaye  Niang, sont  restées  vaines. 
( Hadja  Diaw GAYE avec Toutinfo.net )