UNESCO : Serigne Mbaye Thiam trace les contours de l’hydro-diplomatie

La première conférence internationale de l’UNESCO sur l’Eau s’est ouverte ce lundi 13 mai  pour deux jours. L’objectif  de la rencontre est de faire avancer une sécurité de l’eau et une paix durable. A l’occasion, Serigne Mbaye Thiam a plaidé pour l’érection de l’hydro-diplomatie.

La  première conférence internationale sur l’eau a été présidée par Audrey Azoulay, directrice générale de l’UNESCO et Serigne Mbaye Thiam, ministre de l’Eau et de l’Assainissement du Sénégal, représentant du Chef de l’Etat, Macky Sall. Cette réunion internationale rassemble pendant deux jours des ministres venus d’une quarantaine de pays, des experts, des chercheurs, des représentants de la Société civile, du secteur privé et d’organisations internationales. 

Pour Audrey Azoulay, Directrice générale de l’UNESCO, « l’accès à l’eau n’est pas uniquement une affaire de développement. C’est surtout un droit fondamental et un instrument de paix et de sécurité dans le monde».

D’après l’ancienne ministre de la Culture de François Hollande la planète est bleue et caractérisée par ses abondantes masses d’eau. Pourtant, l’eau douce utilisable représente moins de 1% de ces ressources. 

Dans son discours d’ouverture, Serigne Mbaye Thiam, a transmis les souhaits de succès du Président de la République du Sénégal. Il a remercié et félicité l’UNESCO pour l’organisation de cette importante conférence visant à mettre à profit l’intersectorialité au service de la sécurité de l’eau et d’une paix durable.

Selon Serigne Mbaye Thiam, la question de l’Eau occupe une place centrale dans les politiques et stratégies du Sénégal et le pays milite pour l’érection de l’hydro-diplomatie au rang de levier prioritaire de la prévention des conflits internationaux. «La conviction du Sénégal en cette approche fonde, du reste l’initiative récente de mettre en place le pôle de l’Eau de Dakar dans une vision visant à bâtir un cadre de référence en Afrique pour catalyser la coopération, le dialogue inclusif, la gouvernance et le développement de solutions innovantes sur l’Eau », a-t-il expliqué. « Nous devons également travailler à mobiliser au niveau local et régional des plateformes inter disciplinaires de co-réflexion et de co-action pour concevoir et mettre en œuvre des solutions partagées, à la fois, pertinentes et efficaces », a poursuivi le ministre de l’Eau et de l’assainissement.

Selon M. Thiam le Sénégal qui organise le 9ème Forum mondial de l’Eau, « Dakar 2021 », a vocation d’en faire un forum global connecté aux grands enjeux et agendas mondiaux, mais aussi un forum de proximité, s’ancrant dans les priorités et défis importants et urgents de l’eau au Sénégal, en Afrique et plus généralement au plan mondial. «La dimension novatrice du 9ème forum repose sur la mise en oeuvre de « l’initiative Dakar 2021 » comme une opération génératrice d’engagements et d’actions pour accélérer les progrès, en particulier pour la réalisation des objectifs de Développement Durable », a indiqué Serigne Mbaye Thiam.

Toutinfo.net