DIRECTION DES TRANSPORTS ROUTIERS: «Chaque année, plus de 500.000 personnes meurent des accidents de la route»


La commune  des  Parcelles Assainies  a  abrité  hier  le  lancement  des  activités  de  la  semaine  mondiale  de  la sécurité  routière.  une  occasion  pour  les  différents  acteurs  de  faire  le  point  sur cette  question  au  Sénégal. Selon  le  représentant  du  directeur  des  Transports  routiers, Ousmane  Ly,  les accidents  de  la  route  provoquent  la  mort  de  plus  de 500.000  personnes par an.
«En Afrique,  il  y  a  plus  de  1,025 million  accidentés  de  la  route chaque  année.  Au niveau  du Sénégal,  le  rapport  de  l’Ansd  publié  en  2018  montre  qu’on  est passé  à  plus  de  100%,  c’est  à dire  141,9%  d’accidents  de  la route»,  a  indiqué  hier  la  représentante  de  Cetud,  Mme  Kébé. Dans  le  même  sillage,  le  représentant  du  directeur  des  transports  routiers  Ousmane  Ly  renseigne  que  «chaque  année,  plus de  500.000  personnes  meurent dans  au  Sénégal  des  accidents de  la  route».  Selon  le  sieur  Ly, 92%  des  accidents  sont  dus  au mauvais  comportement  des usagers  comme  l’excès  de  vitesse  et  l’usage  du  téléphone  au volant.  Les  conséquences  des accidents  de  la  route  sont  désastreuses  sur l’économie, la sécurité  et  le  bien  être  des populations.

LE MAIRE DES PARCELLES ASSAINIES  :  DEPUIS SON OUVERTURE LA VDN A 7 CAS DE DECES

Pour  le  maire  des  Parcelles  Assainies,  Moussa Sy, il  ne se passe un  jour  sans  que  les  médias  ne fassent  cas  d’accident  grave entre  automobilistes,  mais aussi  entre  piétons  et  automobilistes.  «Pour  ne  parler  que  de la  commune  des  Parcelles  Assainies  et  de  la  route des Niayes qui  la  borde,  ce  sont  plusieurs cas  d’accidents  graves  qui  sont quotidiennement portés à notre attention»,  souligne  l’édile  des Parcelles Assainies avant d’ajouter  :  «Nous  avons  une  population  scolaire  qui  dépasse 30.000 élèves,  d’où  notre  inquiétude  pour  assurer  la  sécurité,  non  pas  aux  abords  de leurs  écoles,  mais  aussi  jusqu’à leurs  domiciles respectifs.  Sur  la nouvelle  Vdn  2  ouverte  récemment,  se  produisent  très  souvent  des  cas  d’accidents mortels.  On  en  dénombre  actuellement 6 cas qui concernent aussi  bien  les  enfants  que  les adultes.  Il  y  a  10  jours  de  cela, nous  avons  perdu  un  élève  âgé de  7ans  qui,  en  revenant  de  la plage,  a  été percuté par une voiture.  Des  solutions  et  des  mesures  énergiques  doivent  être trouvées pour venir à bout de ce fléau  qui  coûte cher à l’Etat».  De l’avis  de  Moussa  Sy,  les  accidents  font  perdre  à  l’Etat  du  Sénégal  77  milliards  Fcfa.  «Ce chiffre  nous  montre  l’ampleur du  problème»,  indique-t-il avant  de  prôner  la  sensibilisation  et  la  formation  pour  le  respect  des  règles  de  la  circulation routière.  «Il  faut  aussi  que  les automobilistes  irrespectueux du code de la route soient sanctionnés  à  la  mesure  de  leurs  infractions.  Ces  sanctions  doivent aller  jusqu’au  retrait  du  permis de  conduire.  Il  nous  faut  également faire  en sorte  que les trottoirs soient  rendus  aux  piétons, afin  de  leur  permettre  de  marcher en toute sécurité», clame le maire  des  Parcelles  Assainies. De l’avis  de la présidente du Réseau  des  femmes  parlementaires,  Awa  Guèye,  l‘insécurité routière  constitue  actuellement un  fléau  de  portée  mondiale, avec  ses  lourdes  conséquences en  termes  de  décès,  de  blessés et  de  pertes  économiques.  «Au Sénégal,  le  problème  se  pose avec  acuité  au  regard  du  diagnostic  opéré  sur  le  secteur  des transports  terrestres.  On  assiste chaque  année  à  la  recrudescence  des  accidents  mortels  accompagnés des dégâts matériels  assez  conséquents», dit-elle.  Face  à  cette  situation, elle  recommande  de  mobiliser toutes  les  composantes de la société  pour  venir  à bout du fléau. C’est  ce  qui  justifie,  selon  Awa Guèye,  la  création  du  Réseau des parlementaires pour la promotion  de  la  sécurité  routière. La cérémonie a été aussi une occasion  pour  les  élèves  de  faire un plaidoyer pour le respect des 30km/h devant  leurs  établissements. 


( Mama Katherine DIOUF avec Toutinfo.net )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.