RAPPEL A DIEU DE CHEIKH BÉTHIO THIOUNE: Les Thiantacounes assiège MÉDINATOUL SALAM

Dès l’annonce de la disparition de Cheikh Béthio Thioune, les talibés thiantacounes ont rallié le domicile de leur guide à Médinatoul Salam. La terrible nouvelle a plongé les talibés dans une profonde consternation.

L’ambiance était particulièrement indescriptible hier à Médinatoul Salam après l’annonce du décès de Cheikh Béthio Thioune. Ce fut l’émoi et la tristesse. Dans la demeure du guide des Thiantacounes et ses alentours, l’atmosphère est lourde. Au croisement de Saly, plus particulièrement à la gare routière menant vers Keur Samba Laobé où se situe Médinatoul Salam, un fidèle assis à côté d’un chauffeur informe d’autres talibés thiantacounes : «Le Cheikh a rendu l’âme. Je viens d’être informé et je suis en route pour Médinatoul Salam. La presse a déjà relayé l’information». Comme ce talibé, de nombreux thiantacounes affluent en masse le village de Keur Samba Laobé où se trouve la maison mortuaire. A l’entrée du village, sont stationnés quelques pick-up remplis de gendarmes ainsi que deux véhicules de sapeurs pompiers prêts à intervenir. A côté de ces véhicules, sont assis à même le sol des talibés dévastés. Les mains sur la tête, les talibés pleurent la disparition de leur guide qui s’est éteint 24 heures seulement après le verdict du procès du double meurtre de Médinatoul Salam. Sur le seuil de la maison, des gendarmes veillent au grain. Dans la cour, des femmes voilées, assises sur des nattes ou des chaises, sont en larmes. Plus loin, un groupe de 15 jeunes chante des Khassaïdes. Devant la foule, se trouvent deux veuves du guide des thiantacounes, Aïda Diallo et Déthié Pène. A Médinatoul Salam, le mot d’ordre est scrupuleusement respecté. Il est formellement interdit aux fidèles de faire des déclarations ou de s’adresser à la presse. Qui plus est, les journalistes sont interdits de filmer ou d’enregistrer. Le correspondant de «Walf» l’a appris à ses dépens puisqu’il a failli être pris à partie par des talibés. Au même moment, la famille s’attèle à préparer la venue des talibés. Ainsi, des marmites et autres bols pour la restauration et la coupure du jeûne des personnes venues nombreuses sont apportés.

( André BAKHOUM avec Toutinfo.net )