LIBÉRATION D’AMADOU WOURY DIALLO, TRAFIQUANT DES FAUX MÉDICAMENTS DE TOUBA: Les pharmaciens privés du sénégal menacent de fermer leurs officines

Le Syndicat des pharmaciens privés du Sénégal (Spps) a organisé hier un point de presse pour décrier la mesure de grâce accordée par le Président Macky Sall à Amadouwoury Diallo. impliqué dans une affaire de trafic de faux médicaments d’une valeur de 1,3 milliard Fcfa, ce dernier a été jugé et condamné par le tribunal de Grande instance de Diourbel pour association de malfaiteurs, contre bande et complicité d’exercice illégal de la profession de pharmacien.

Très remontés contre le Président Macky Sall et son gouvernement, les pharmaciens du Sénégal menacent d’aller en grève en fermant leurs officines. En effet, Dr Assane Diop et ses camarades du Syndicat des pharmaciens privés du Sénégal ont été ahuris de voir Amadou Woury Diallo bénéficier d’une grâce présidentielle au moment où le dossier en appel n’a pas encore été vide. «La profession pharmaceutique, dans son ensemble, exprime son indignation par rapport à une telle décision et nourrit de grandes inquiétudes quant à la suite du procès», tonne le patron du Syndicat qui considère que la mesure prise par Macky Sall encourage la vente illicite des produits pharmaceutiques, menace la santé des populations et fragilise le système de santé. «Elle risque de compromettre tous les acquis dans la lutte contre le trafic des médicaments. Elle est d’autant plus regrettable, qu’elle intervient au moment où la justice venait d’envoyer un signal fort à l’endroit des délinquants», affirme-t-il. Dr Assane Diop et ses camarades accusent l’Etat du Sénégal d’être responsable de toutes les actions que le Syndicat des pharmaciens privés du Sénégal entreprendra pour dénoncer cette forfaiture. «L’État est garant des médicaments et l’a confié aux professionnels que nous sommes à travers le monopole pharmaceutique. Ce qui fait de nous les seuls garants de la disponibilité de médicaments sûrs et de qualité pour Le bien de nos concitoyens. En conséquence, le Syndicat des pharmaciens privés du Sénégal ne reculera devant aucune action d’envergure pour la sauvegarde de la santé des populations et n’exclut pas la fermeture des officines pour marquer son désaccord», annonce-t-il. Dans la même veine, il exige de l’Etat du Sénégal la fermeture définitive et sans délai de tous les dépôts illégaux de Touba qui constituent la plaque tournante de ce trafic, à cause de l’impunité qui y règne. «On se demande ce que veut vraiment l’Etat du Sénégal ? Choisit-il de protéger la santé de sa population ou préfère-t-il l’exposer à l’action de ces vendeurs de la mort ? A-t-il pour ambition d’assainir le secteur du médicament ou décide-t-il de polluer le système sanitaire avec la hausse exponentielle des maladies liées à ce trafic? Voilà autant de questions auxquelles seul l’Etat peut répondre», indique Assane Diop.

(Mame Diarra DIENG avec Toutinfo.net)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.