ABDOU NDIAYE, DELEGUE REGIONAL CNTS : « Il y a des emplois fictifs à la mairie de Kaolack»

En lieu et place d’un défilé dans les artères de la ville, les membres affiliés à la Confédération nationale des travailleurs du Sénégal (CNTS) de Kaolack ont organisé une assemblée générale. Le délégué régional dudit syndicat, Abdou Ndiaye,  a profité de l’occasion pour lâcher une bombe qui va faire mouche. A l’en croire, « plus de 100 personnes sans postes d’affectation sont rémunérées mensuellement par la mairie de Kaolack ».

Il y a-t-il un sureffectif de travailleurs à la mairie de Kaolack ? A cette question, le délégué régional du CNTS répond  sans ambages par l’affirmatif. Il existe bel et bien des  emplois fictifs rémunérés chaque mois par le Conseil municipal de Kaolack, dirigé par Mariama Sarr.

« Comment peut-on recruter plus de 100 personnes qui n’ont pas de postes d’affectation ? Comment peut-on recruter des gens qui vendent au marché Hlm à Dakar ? Ici à la mairie, on paie quelqu’un qui vend dans une usine de lait», révèle le délégué syndicaliste en marge de la fête se du travail célébrée hier dans l’enceinte de la municipalité de Kaolack.

Selon toujours Abdou Ndiaye, un journaliste qui travaille dans une radio privée est en même temps embauché par la mairie.

Poursuivant ses griefs contre le ministre de la Fonction publique, par ailleurs maire de la ville, Mariama Sarr, et son équipe, Abdou Ndiaye affirme que des gens qui sont recrutés au titre de journaliers sont sans occupation et passent plutôt  leur journée dans la mairie à errer. 

« Dans les postes de santé, les gens sont là-bas pendant  15 à 10 ans, ils ne sont pas embauchés. Les éboueurs sont restés 4 mois sans salaires au moment où je vous parle. Toutes choses qui font dire au délégué régional de la Cnts que, sauf miracle, « la mairie se dirige vers une cessation de paiement ». 

« La ville de Kaolack est aujourd’hui pleine de saleté. Le président Macky Sall a décrété zéro déchet, mais à Kaolack la vérité est de dire qu’il y a 50 000 déchets. Deux benne-pelleteuses sons actuellement en panne. La mairie ne fait rien pour les réparer sinon de gaspiller 6 millions dans une séance de lutte que le maire a parrainé » s’insurge Abdou Ndiaye.

 Il s’en est pris, en outre, au secrétaire général de la mairie qui, dit-il s’enferme dans son bureau au lieu d’être le tampon entre les travailleurs et le maire qui est la plupart du temps absent de Kaolack en raison de ses occupations ministérielles.

 Il faut préciser qu’à l’occasion de la célébration de la fête du travail, les différents intervenants qui se sont succédés ont tiré à boulets rouges sur l’édile de la ville de Kaolack.

 Ils accusent Mariama Sarr d’être en guerre ouverte contre les syndicalistes, particulièrement le délégué régional de la Cnts, Abdou Ndiaye.

                                                                                                                                       Mbacké SARR

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.