IL ECOPE DE 20 ANS DE TRAVAUX FORCES: L’ancien joueur de l’Etics de Mboro tue l’ami de son frère par vengeance

20 ans de travaux forcés. C’est la peine infligée à Moustapha Barry par la chambre criminelle de la Cour d’appel de Dakar. Poursuivi pour «assassinat» de l’ami de son frère, il a été condamné en première instance. Heureusement pour lui, sa peine a été réduite par le juge d’appel.

Les ennuis de l’ancien joueur de l’Etics de Mboro, Moustapha Barry, sont nés de la bagarre qui avait opposé la victime, Alassane Keita à son frère Macky Barry. Au cours de cette altercation, la victime avait occasionné de graves blessures au frère de l’accusé à l’aide d’un couteau. C’est ainsi que Macky Barry qui était entre la vie et la mort, a été évacué en urgence au Samu municipal. Sans attendre les conclusions des médecins, Moustapha Barry a décidé de venger son frère. Armé d’un couteau qu’il a dissimulé dans son pantalon, il s’est rendu chez Alassane Keita. Accueilli par la mère de ce dernier, il a fait croire à la dame que son père menace de porter plainte contre son fils et qu’il voulait jouer les bons offices. Il a demandé à ce que Alassane Keita vienne présenter ses excuses afin d’apaiser la colère de son père. Ne se doutant de rien, la dame Seynabou Fall a ordonné à son fils d’aller demander pardon aux parents de Macky Barry. C’est ainsi que l’accusé l’a entrainé dans un terrain vague pour lui administrer un coup de couteau. La victime a poussé un grand cri, en titubant avant de tenter de fuir. Elle est rattrapée par son bourreau qui lui a asséné deux autres coups dont l’un occasionnera une plaie de 11 cm. Alassane Keita a succombé à ses blessures avant même son évacuation. Après son forfait, Moustapha Barry, s’est refugié à Thiès où il a été arrêté au bout de quelques jours. A l’enquête préliminaire, le mis en cause a reconnu sans ambages les faits qui lui sont reprochés. Jugé par la chambre criminelle de Dakar, il a été condamné aux travaux forcés à perpétuité et à payer la somme de 50 millions Fcfa à la famille de la victime. Cependant, il a interjeté appe. Devant la Cour d’appel, il a changé de version en niant les faits qui lui sont reprochés. Il jure qu’il n’a pas tué Alassane Keita pour se venger. Au contraire, dit-il, c’est le défunt qui détenait le couteau et qui a voulu le poignarder. «C’est en récupérant l’arme qu’il détenait que je l’ai blessé», dit l’accusé. Moustapha Barry ignore comment la victime s’est retrouvée avec trois bléssures Ses propos ont été démentis par la mère de la victime. D’après Seynabou Fall, l’accusé avait bien planifié son coup et a tué son fils par vengeance. Selon le maitre des poursuites, si la charia est appliquée au Sénégal, l’accusé serait exécuté depuis belle lurette. «L’accusé a volontairement ôté la vie d’Alassane Keita», souligne le parquetier qui a requis la confirmation de la peine de la première instance. Après avoir plaidé la requalification des faits en coups et blessures volontaires ayant entrainé la mort sans avoir l’intention de la donner, la défense a demandé une application bienveillante de la loi, en faveur de son client. Après avoir disqualifié les faits en meurtre, le juge de la Cour d’appel a condamné l’accusé à 20 ans de travaux forcés. En sus de la peine, il devra payer à la famille du défunt la somme 50 millions Fcfa en guise de dommages et intérêts.

( Bineta DIOUF avec Toutinfo.net )