Toutinfo Bréves

POUR AVOIR DECOUVERT QUE SA COPINE SORTAIT AVEC SON PERE: Tabara Dramé tabasse Adjara Traoré et saccage sa chambre

Adjara Traoré a attrait hier sa copine  Tabara  Dramé  à  la barre  du  Tribunal  d’Instance de  Dakar  pour  coups  et  blessures  volontaires  ayant  entrainé  une  Itt  de  6  jours  et destruction de biens appartenant  à  autrui.  La  victime  réclame  2  millions  Fcfa  à  la prévenue  qui  risque  3  mois de  prison  ferme.  Elle  sera fixée  sur  son  sort  le  19  avril prochain.
 Tabara  Dramé  en  veut  à  sa  copine  Adjara  Traoré  pour  avoir noué  des  relations  amoureuses avec  son  père.  Ne  pouvant  pas supporter  de  voir  sa  meilleure amie  flirter  avec  son  père,  elle l’a  provoqué.  Et  les  deux  filles qui  habitent  dans  la  même maison  en  sont  venues  au  main.  Le 3 avril  dernier,  à cause d’une banale  affaire  de  fermeture  de  la FRANCE porte  d’entrée  de  la  maison,  les choses  ont  dégénéré  entre  les deux copines. C’est ainsi que Tabara Dramé a fait irruption dans la  chambre  de  Adjara  Traoré pour  la  tabasser  avant  de  détruire  tous  ses  biens.  La  goutte d’eau  de trop qui poussé Adjara Traoré à porter plainte contre la mise  en  cause.  Arrêtée,  cette dernière  a  reconnu  la  bagarre tout  en  niant  avoir  mis  à  sac  la chambre. A  la  barre,  Tabara  Dramé  raconte que leur différend est survenu  lorsque la plaignante  a  eu une  idylle  amoureuse  avec  son père.  Adjara  lui  avait  loué  son salon  pendant  deux  jours  avant qu’elle  ne  déménage  à  Ouest Foire.  Mais,  Adjara  est  venue  la retrouver  pour  la  traiter  de  fille de  mœurs  légère  et  qui  serait atteinte  du  Sida.  «Comme  elle me  poursuivait,  j’ai  déménagé encore  à  Nord  Foire  où  elle  est venue  habiter  une  fois  de  plus. A cause de la porte de l’appartement  que  j’avais  fermée,  elle m’en  a  voulu.  Nous  avons échangé  quelques  propos  aigres-doux.  Une  altercation  a éclaté  entre  nous  dans  ma chambre  et  nous  avons  continué  la  bagarre  sur  la  véranda. Elle  m’a  asséné  un coup de couteau  au  bras.  Je  n’ai  pas  endommagé ses matériels, au contraire c’est  elle  qui  a  détruit  mon  armoire,  mon  ordinateur  et  un  de mes matelas», s’est-elle  dédouanée. Ces  déclarations  ont  été  balayées  d’un  revers  de  la  main par la victime.  Adjara Traoré indique  qu’elle  a  connu  Tabara Dramé  par  l’intermédiaire d’une  de  ses  amies  du  nom  de Fatimata.  C’est  ainsi  qu’elle  l’a hébergée.  Mais  au  bout  de quelques  temps,  elle  s’est  vantée  d’être  une voleuse et lui a raconté  qu’elle  commet  ses forfaits  chez  des  hommes seulement.    «Je  lui  ai  dit  d’arrêter cela,  sinon  elle  aura  des  problèmes  avec  la  police.  Elle  m’a dit  qu’elle  a  un avocat qui la tire d’affaire  à  chaque  fois  qu’elle est  dans  la  boue.  Un  jour,  je  l’ai vu avec un iPhone et elle m’a dit qu’elle  a  volé  le  portable.  C’est ainsi  que  je  lui  ai  demandé  de partir  pour  éviter  des  problèmes.  Lors  de  notre  bagarre, elle  m’a  mordu à la main gauche et  au  doigt.  Quand  je  me  suis rendue  à  l’hôpital,  elle  a  mis  la chambre  sans  dessus  dessous après  avoir  défoncé  la  porte  de ma  chambre,  cassé  ma  coiffeuse,  mes écrans plats, mon armoire  et  tout»,  explique-t-elle. Pour  Me Abdy Noé Ndiaye, avocat  de  la  partie  civile,  les  déclarations  de  la  prévenue  relèvent d’un  mensonge  extraordinaire. La  destruction  des  biens  est constante  avec  la  vidéo.  La  robe noire  réclame  2  millions  Fcfa pour la réparation du préjudice. Selon le ministère public, la prévenue  était  en  état  d’ivresse. «L’altercation  a  eu  lieu  dans  la chambre  de  la  victime  et  non sur  la  véranda.  La  prévenue  a tenté  maladroitement  de  tergiverser.  Mieux,  elle  ne  s’est  pas amendée  en  aucun  moment», dit-il  avant  de  requérir  3  mois de  prison  ferme.  De  l’avis  de  la défense  représentée  par  Me Omar Sène,    rien  ne  prouve  que c’est  sa  cliente  qui  a  blessé  la victime.  L’avocat  a  plaidé  une application  bienveillante  de  la loi.  Délibéré  fixé  le  19  avril  prochain.

( Bineta  DIOUF et Toutinfo.net )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.