APRES AVOIR REÇU LE COLLIER DE GRAND MAITRE DE L’ORDRE NATIONAL DU LION: Macky Sall indique le tempo de son quinquennat

L’installation du chef de l’Etat par le Conseil constitutionnel a été suivie par la remise, des mains du grand chancelier, le général Meissa Niang, du collier de grand maitre de l’Ordre national du Lion. Devant un parterre de chefs d’Etat, de chefs de gouvernement, d’officiels sénégalais et étrangers, le Président Macky Sall n’a pas pu retenir sa joie. Il a renouvelé son appel au dialogue avant de décliner ses ambitions majeures pour le quinquennat.

Hier, après avoir prêté serment et reçu son collier de grand maître de l’Ordre national du Lion, le chef de l’Etat a réitéré sa profonde gratitude aux Sénégalais qui lui ont renouvelé leur confiance avec une majorité confortable de 58,26%. Pour autant, Macky Sall ne bombe pas le torse. Il dit respecter les compatriotes qui ont exprimé d’autres choix lors du scrutin présidentiel du 24 février dernier. Mieux, il renouvelle son appel au dialogue sans exclusive. Un dialogue qu’il souhaite constructif et ouvert à toutes les forces vives du pays, les forces politiques et les forces économiques et sociales. «Je mesure pleinement la responsabilité et la gravité de la charge qui m’est confiée. Elle rappelle que la démocratie et la République consacrent l’égale dignité des citoyens et que le mandat électif n’établit aucun privilège au profit du mandataire sur les mandants. Mais, plutôt une mission au service du bien commun. Il s’agit de servir et non de se servir», a soutenu Macky Sall. Dans la foulée, le leader de la coalition Benno Bokk Yakaar a indiqué que les acquis durant son premier mandat sont indéniables. Et il promet de les renforcer par la deuxième phase du PSE sur la période 2019-2024. Il s’engage à concentrer ses efforts sur l’emploi et l’employabilité des jeunes avec des réformes du système éducatif afin d’ouvrir davantage à tous les niveaux la possibilité à la formation professionnelle. A l’en croire toujours, une attention particulière sera portée aux femmes et aux jeunes filles pour l’amélioration de leurs conditions.

MACKY SALL EN CROISADECONTRE LES CONSTRUCTIONS ET LA SPÉCULATION FONCIÈRE

Une autre question qui tient à cœur le président de la République, c’est l’amélioration du cadre de vie . Pour Macky Sall, il est urgent de mettre fin à l’encombrement urbain, à l’insalubrité, aux occupations illégales de l’espace public et aux constructions anarchiques dans les zones inondables comme le Technopolede Dakar. «J’en appelle à une mobilisation générale pour forger l’image d’un nouveau Sénégal plus propre dans ses quartiers, dans ses villages, ses villes, en un mot un Sénégal zéro déchet. Je ferai prendre sans délais des mesures vigoureuses dans ce sens. J’y engage aussi les autorités territoriales et locales ainsi que les mouvements et associations citoyens», dit-il avant de soutenir que la protection de l’environnement reste un défi majeur de notre temps. C’est pourquoi, le chef de l’Etat affirme avoir initié PSE-Vert pour consacrer plus d’efforts à la sauvegarde de l’écosystème par le reboisement et une lutte plus ferme contre la spéculation foncière et la déforestation. Dans la même veine, il promet de mener une lutte sans merci contre la spéculation foncière dans les zones humides et celles à vocation agricole notamment la zone des Niayes. «Je voudrais dire solennellement que je ne laisserai pas la frénésie de la spéculation foncière détruire cette zone d’intérêt vital pour les producteurs agricoles et pour la nation toute entière. Je veillerai personnellement à ces zones à vocation agricole sur toute l’étendue du territoire national.» S’agissant de l’habitat, Macky Sall compte lancer un vaste programme pour la construction de 100.000 logements sur les cinq années à venir afin que progressivement chaque famille sénégalaise, quels que soient ses revenus, puisse avoir accès à un logement décent et à coût accessible.

LE PRÉSIDENT VEUT RÉFORMER L’ADMINISTRATION

Par ailleurs, un des chantiers phares de Macky Sall, c’est également la réforme de l’administration pour soutenir les efforts vers l’émergence et le développement. L’administration doit épouser, selon lui, les réalités de son temps et s’adapter à ses missions devenues plus nombreuses, plus diversifiées, plus complexes et donc plus exigeantes. Il se désole du fait qu’il y ait trop de routines, de lenteurs de procédures et de formalités indues qui continuent d’altérer l’efficacité du service public et la compétitivité de notre économie. Pour y faire face, il affirme: « Dans la nouvelle dynamique que je compte imprimer à la conduite des affaires publiques, j’ai la ferme intention d’inscrire toutes les actions en mode ‘’FastTrack’’. Nous l’avons déjà réalisé pour des projets majeurs. Il nous faut généraliser ces meilleures pratiques. (…) Ce qui doit être fait aujourd’hui ne peut être remis à demain». Les usagers du service public attendent de l’administration qu’elle soit beaucoup plus accueillante à leur endroit ; plus diligente dans son fonctionnement et plus performante dans ses résultats. «J’engagerai, sans tarder, des réformes visant à simplifier et à rationaliser nos structures ; réformer nos textes là où c’est nécessaire et dématérialiser nos procédures et formalités administratives dans la continuité du forum de l’administration tenuen avril 2016», a-t-il conclut.

( Seydina Bilal DIALLO )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.