Toutinfo Bréves

A 40% DE NIVEAU DE REALISATION: Keur Momar Sarr 3 (KMS3) va étancher la soif de 3 millions de personnes

Les travaux du projet Keur Momar Sarr 3 (KMS3) sont en cours et les délais de livraison fixés en 2020 devraient être respectés. C’est en tout cas le constat fait hier, après une visite du site de Keur Momar Sarr, mais aussi des chantiers de pose de la conduite. Selon Charles Fall, Directeur Général de la Société Nationale des eaux du Sénégal (Sones), il s’agit du plus grand projet de l’histoire hydraulique du pays, d’une capacité de 200 millions de m3/jour et qui va alimenter 3 millions de personnes.

A  la  suite  d’une  visite  de  presse effectuée  hier,  à  Keur  Momar Sarr notamment  du site qui doit abriter  la  station  de  pompage, mais  aussi  sur  les  sites  de  pose des  conduites  devant  transporter  l’eau,  Charles  Fall,  Directeur Général  de  la  Société  Nationale des  Eaux  du  Sénégal  (SONES) s’est dit satisfait de  l’état d’avancement des travaux. Selon lui, au vu  des  constats  faits  sur  le  terrain,  les  délais  de  livraison  fixés en  2020,  seront  respectés.  Cela d’autant  plus  que  les  travaux sont  globalement  à 40% de taux d’exécution  alors  qu’il  reste  encore assez de temps. Les travaux concernent  précisément  la  troisième usine de Keur Momar Sarr, qui  va  contribuer considérablement à l’amélioration  et  la  sécurisation  de  l’approvisionnement de  la  région  de  Dakar  en  eau  et sont  disponibles  sur  les  sites  de pose et aujourd’hui les 70% de la pose  ont  été  réalisés  alors  qu’il reste  encore  un  an  sur les  délais de livraison. A en croire le DG de la SONES, le réseau  de  distribution  à  Dakar va s’étendre sur un peu moins de 5000 km. En ce qui concerne les personnes impactées par les travaux,  elles  sont  près  de  2.000  et selon  le  DG  de  la  SONES,  le  taux d’indemnisation  est  actuellement de 90%. Et au-delà de l’indemnisation dit-il, des  différentes  localités  traversées dans les régions de Louga et Thiès. Selon  le  DG  de  la  SONES,  cette usine  est  la  troisième  du  genre, mais qui a une particularité. Elle va,  en  effet,  doubler  la  capacité actuellement  installée.  Les  deux usines  existantes  actuellement ont  une  capacité  de  185.000 m3/jour,  soit  185  millions  de  litres  alors  que  la  nouvelle  usine aura  une  capacité  de  200.000 m3/jour,  soit  200  millions  de  litres,  pour  alimenter  3  millions de  personnes.    C’est  aussi  une usine  emblématique  car  c’est  la première fois qu’un Etat, surtout en Afrique de l’Ouest met autant de  ressources  financières  dans un  projet  aussi  structurant.  En effet,  près  de  274  milliards  de Fcfa  ont  été  mobilisés  par  l’Etat du Sénégal,  auprès  de  ses  partenaires  notamment  la  Banque Africaine  de  Développement (BAD),  la  Banque  Européenne d’Investissement,  l’Agence  Française  de  Développement  (AFD), la  Banque  Mondiale,  avec  une contribution  personnelle  de 10%  du  coût  du  projet.  Selon Charles  Fall,  une  canalisation  va transporter  l’eau  jusqu’à  Dakar sur une distance de 216 km, soit 40.000  longueurs  de  canalisation  pesant  chacune  5  tonnes. D’ailleurs,  toute  la  canalisation  a été  commandée  et  plus  de  90% ces personnes  impactées  sont  accompagnées  pour  être  dans  des conditions  d’habitation,  des conditions  sociales  encore  meilleures  conformément  au  référentiel  mondial  en  matière d’indemnisation. Pour l’essentiel dit-il  la  durée  de  réalisation  du projet  KMS3 est de 24 mois et le lancement  a  eu  lieu  il  y  a  à  peu près  d’un  an.  Mais,  au-delà  de  la station  de  pompage  et  de  la  canalisation pour transporter l’eau vers  Dakar  et  les  régions  traversées,  il  annonce  la  mise  en œuvre  d’une    composante  ligne électrique.  A  l’en  croire,  le constat  est  que  chaque  fois  qu’il y  a  coupure  d’électricité  sur  les sites  de  production,  cela  affecte l’alimentation de l’eau ou sa qualité.  C’est  la  raison  pour  laquelle l’Etat  du  Sénégal  a  privilégié  un investissement  particulier  pour sécuriser  l’alimentation  électrique  en posant une ligne haute tension,  qui  connaît  très  rarement  des  coupures.  Dans  ce cadre,  il  est  également  envisagé la  réalisation  d’un champ solaire pour  sécuriser  davantage  le  dispositif  global  d’alimentation  en eau  potable  des  populations  du Sénégal  en  général  et  de  Dakar, en particulier. Sur  le  plan  social,  Abdoul  Niang, Coordonnateur  de  l’Unité  de Gestion  du  projet  KMS3  a  affirmé  qu’un  programme  d’IEC est  déroulé  pour  amener  les  populations  à  comprendre  le  projet,  à  y  adhérer,  y  participer  et même  à  le  préserver  après  la réalisation.  Il  y  a  aussi  une  composante RSE avec une procédure qui est actuellement en cours. De l’avis  de  Charles  Fall,  le  projet KMS3  entre  dans  le  cadre  de  la mise  en  œuvre  de  solutions  pérennes  à  la  problématique  de l’alimentation en eau de Dakar et des régions traversées. Ce qui va dans le sens de l’objectif  fixé  par le  Président  de  Macky  Sall  et  allant  dans  le  sens  de  l’accès  universel  à  l’eau  à  l’horizon  2020. Pour lui, atteindre cet objectif est primordial d’autant plus le Sénégal  veut  abriter  le  sommet mondial  de  l’eau  qui  se  tiendra  en 2022.

( Mbaye  SAMB )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.