Toutinfo Bréves

VOTE DU PROJET DE BUDGET DE LA MAIRIE DE THIES: Talla Sylla tient enfin son budget 2019 qui s’élève à plus de 1,7 milliard de Fcfa

Pour les deux derniers exercices, le maire de Thiès était obligé de se référer à la décision de l’autorité administrative pour régler et rendre exécutoire le budget de la ville. D’autant que le Conseil municipal, constitué majoritairement de conseillers de rewmi, n’avait pas pu se prononcer, faute de quorum. Mais pour ce présent exercice, après une première session avortée, le quorum a été atteint hier et le budget qui s’élève à plus de 1,7 milliard Fcfa a été voté par 29 voix et une abstention. «Ce jour nous permet de redémarrer les choses sur de bonnes bases», a déclaré hier le maire Talla Sylla, après que le budget de l’exercice 2019 de la ville de Thiès, qui s’élève à 1.759.182.343 Fcfa a été voté. Contrairement aux deux dernières années, le quorum a été atteint cette fois-ci avec 20 conseillers présents et 10 procurations. Et puisque le quorum n’était pas atteint à la première convocation, les 30 étaient suffisants cette fois-ci pour délibérer valablement. Pour Talla Sylla, ce qui s’est passé sonne comme un sursaut au niveau de la ville de Thiès. D’autant que le budget 2019 a été voté sans aucune voix contre. «C’est un fait qui doit être noté et apprécié positivement. Je le fais au nom du Conseil et de l’ensemble des Thiessois. Notre devoir est maintenant de veiller à son exécution parfaite, dans le sens des intérêts des Thiessois», déclare l’édile de cité du rail qui poursuit : «notre devoir, c’est d’être à la hauteur de cette posture du Conseil de la ville de Thiès. C’est ce que nous avons ABSTEnu toujours souhaité depuis 2014. Nous avons toujours invité les uns et les autres à une posture de discernement. Nous pouvons avoir des positions politiques, des positions partisanes et électorales ou électoralistes différentes, mais quand il s’agit de prendre en charge les préoccupations de ceux qui nous ont élus comme conseillers, membres du bureau de ville ou maire, notre devoir, c’est de nous concentrer sur les intérêts et les préoccupations essentiels de nos concitoyens». Pour Dénéba Sall, secrétaire de séance, les conseillers municipaux sont revenus à l’essentiel. «C’est une nouvelle prise de conscience. On peut avoir des positions divergentes par rapport à la politique, mais quand il s’agit de voter le budget qui engage le développement de la ville, il est normal de faire des amendements, des rectificatifs, mais ne pas venir dans une posture de vouloir bloquer. Il y a eu des blocages du budget de la ville. Aujourd’hui, les conseillers qui empruntaient une telle démarche sont revenus à la raison», affirme-t-il.

«THIES ATTEND LE RELIQUAT DE 250 MILLIONS SUR LES 500 PROMIS PAr MACKY SALL DEPUIS 2 ANS»

Ce qui reste, de l’avis de Dénéba Sall, c’est que le Président Macky Sall respecte ses engagements par rapport à la ville de Thiès. Il avait en effet promis à la ville une subvention exceptionnelle à hauteur de 500 millions de Fcfa. Mais depuis plus de 2 ans, seuls 205 millions de Fcfa ont été versés dans les comptes de la ville de Thiès. Pendant ce temps, les promesses qui ont été faites à d’autres collectivités locales ont été respectées avec la réception effective de la totalité des montants promis. «C’est comme si la ville de Thiès était combattue par certains, car c’est difficile d’expliquer autrement ce retard de plus 2 ans», se désole Dénéba Sall. A l’en croire, le chef de l’Etat avait également promis d’offrir aux Thiessois un marché au poisson. Des instructions avaient été données dans ce sens au ministre de la Pêche et de l’Economie Maritime, qui avait dépêché une équipe à Thiès après que le site a été identifié du côté de Poniène Peulh. «Mais nous attendons toujours la construction de cette infrastructure, comme nous attendons aussi la mise en œuvre des directives et recommandations de l’Inspection Générale d’Etat (Ige) dans son dernier rapport. L’Ige avait recommandé que 40% des recettes de la gare routière reviennent à la commune de Thiès-Ouest, 30% à la Ville et que 30% restants soient partagés entre les communes de Thiès-Est et Thiès-Nord. Et que le même procédé soit appliqué aux recettes du marché central». Il estime que la ville est confrontée à un problème de recouvrement, de gestion du foncier bâtie et de paiement de l’impôt.

SAËR MANGANE, LE COSSEILLER DE REWMI QUI S’EST ABSTENU

«Le budget manque de sincérité» «Ce budget manque de sincérité et c’est le cas depuis l’avènement de Talla Sylla à la tête de la ville. Il faut une cohérence des informations budgétaires qui se répercutent sur la nomenclature. Ce qui n’est pas le cas avec ce budget qui vient d’être voté», indique Saër Mangane, conseiller de Rewmi qui s’est abstenu lors du vote du budget. «Depuis 4 ans, je m’attends à ce qu’on constate des changements notoires, une certaine effectivité de l’activité municipale au niveau de Thiès. Depuis que le maire Talla Sylla est là, il n’y a aucun acte réel allant dans le sens de la prise en charge des préoccupations des Thiessois. Il n’a pas d’excuses aujourd’hui, car il est toujours dans sa logique de confrontation avec le Rewmi qui est majoritaire au Conseil. Et pourtant, le budget a été voté». Saër Mangane ajoute qu’avec l’acte 3 de la décentralisation, l’Etat du Sénégal a fait de la ville de Thiès une municipalité fantôme. «Il y a une cacophonie autour de la distribution des compétences entre la ville et les autres mairies et cela se répercute dans le fonctionnement de la ville de Thiès. Au finish, il n’y a aucune mutualisation des forces entre les 3 collectivités locales qui existent dans le périmètre de la ville de Thiès». Et selon Saër Mangane, c’est la démarche cavalière du Maire Talla Sylla qui a exacerbé cette situation.

( Mbaye SAMB )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.