APOLOGIE AU TERRORISME ET MENACE D’ACTE AU TERRORISME: Le procureur requiert 5 ans contre Saer Kébé

Saër Kébé, qui va se présenter au baccalauréat de cette année, a comparu hier à la barre de la chambre criminelle de Dakar pour répondre des chefs d’apologie au terrorisme et de menace d’acte au terrorisme. Même si l’accusé nie en bloc les faits, il reconnait avoir envoyé des messages aux ambassades d’Israël et des Etats Unis. Mais c’était sous le coup de la colère née des atrocités faites aux Palestiniens. Bien qu’il regrette le geste, il risque 5 ans de travaux forcés. Le jugement sera rendu le 10 avril prochain.

Poursuivi pour apologie au terrorisme et menace d’acte au terrorisme, Saer Kébé a comparu hier devant la chambre criminelle de Dakar. Boubou blanc, taille moyenne, teint marron, l’accusé est apparu très calme, serein et peu disert. A l’entame de ses propos, il déclaré qu’il n’est pas un terroriste et ne fréquente pas des personnes reconnues comme telles. Il a posté des commentaires sur Facebook parce qu’il devait faire un exposé sur «l’erreur des Etats Unis sur le processus de paix et sur le Proche Orient». Ce jour-là, explique-t-il, c’était la grève dans les écoles. C’est ainsi qu’il est allé visiter YouTube où il a vu des images choquantes et troublantes. «J’ai vu des femmes éventrées, des enfants innocents tués de manière atroce», explique-t-il. Rouge de colère, il s’est rebiffé et posté sur Facebook des commentaires, car il a été choqué par ces images. De l’avis du juge Massamba Sène, c’est au lendemain des attentats de Charlie Hebdo sur la page Facebook de l’ambassade des Etats Unis au Sénégal que l’élève a écrit : «Vous soutenez Israël, mais vous le regretterez et nous les jeunes Sénégalais révolutionnaires, nous attaquerons tous vos intérêts et Israël sera détruit. Vous êtes des terroristes. Nous préparons des attentats contre l’ambassade d’Israël au Sénégal à Dakar…/ 05/2015 et vous serrez détruits. Vive le Hamas, vive le Hezbollah, vive Hitler». Dans sa réplique, Saer Kébé indique qu’il a écrit ce message par ignorance, mais n’est pas un révolutionnaire. Ce que refuse de croire le juge qui estime qu’il ne peut pas être ignorant, dans la mesure où il fait des recherches sur le conflit, sur le Mahdi, sur l’histoire des juifs, le sionisme. «Vous avez même suivi la conférence de Ahmed Oudialle. Quel est votre objectif. C’est quoi le but visé ? Quelle était votre intention sur la préparation des attentats aux Etats Unis et en Israël ? Qu’est-ce que vous incarnez ?», demande le juge. D’un ton toujours calme, Saër Kébé indique que le sionisme fait partie de son programme d’histoire-géographie. Et d’ajouter : «Je voulais dénoncer l’injustice et non attaquer une personne ou un pays». Réplique du juge Massamba Sène: «Tout effet a une cause. Ne nous fais pas croire que tu l’as fait dans le néant. Tu ne peux pas t’emmurer dans le silence après les faits graves que tu as eu à commettre».

SAER KEBE KEBE A POSTE 10 MESSAGES DANS DIFFÉRENTS ORGANES INTERNATIONAUX

Selon le juge, l’accusé a posté 10 fois des commentaires via les réseaux sociaux et partout dans le monde. Il a alerté la presse africaine et envoyé à la radio Wadr le message suivant : «nous vous informons des attaques du mois prochain de l’ambassade de l’Israël et de celle des Etats Unis au Sénégal. Nous ne voulons plus des Français, des Israéliens et des Américains dans nos

pays». Toutefois, l’accusé persiste à dire qu’’il voulait dénoncer l’injustice. N’empêche, le président de la cour le mitraille de questions. Malgré les multiples interrogations, Saër Kébé s’emmure dans un silence de cathédrale. Il ressort de son audition que le mis en cause est un élève modèle et intelligent. Pour son dernier mot, il a demandé pardon et a sollicité la clémence de la chambre. «Je regrette mon geste. Ma réputation est ternie, ma famille est trainée dans la boue. J’avais 20 ans, mes propos ont dépassé ma pensée. Je voudrais continuer mes études afin d’aider ma famille ; mais je ne cautionne pas l’injustice. D’ailleurs, je ne connais pas où se situent les ambassades des Etats Unis et d’Israël», déclare-t-il.

LE PARQUET ESTIME QUE L’ACCUSÉ A CRÉÉ Un SENTIMENT DE PANIQUE

Dès le début de son intervention, le parquet renseigne que les Etats Unis avaient saisi la police du Sénégal après avoir reçu des messages de menace d’attaques terroristes sur leur page Facebook le 24 avril 2015. L’enquête ouverte a permis d’identifier l’auteur des messages en la personne de Saër Kébé. Une perquisition effectuée chez ce dernier a permis de savoir qu’il est un antisioniste. «Plusieurs messages ont été postés sur la page Facebook. Entendu par le juge d’instruction, l’accusé a déclaré qu’il ne pouvait plus supporter l’injustice faite aux Palestiniens par les Israéliens et les Américains. Cette situation nous déshonore. Il y a un Rubicon qu’il ne faut pas franchir. Il a proféré des menaces à des Etats diplomatiques. Il a créé un sentiment de terreur et de panique. Il ne répond pas aux questions, car il ne peut pas s’expliquer», affirme le maitre des poursuites qui a requis 5 ans de travaux forcés contre l’accusé. Les 6 avocats de la défense ont plaidé l’acquittement. Me Abdoulaye Tall estime que leur client a commis une faute légère et non un crime. Par conséquent, il considère que l’accusé doit retourner à l’école et regagner sa place dans la société. Abondant dans le même sens, Me Babacar Ndiaye indique que Saer Kébé est animé par un sentiment d’injustice. «Les vrais terroristes sont découverts après leur acte. Vous avez en face de vous un garçon qui n’est pas en mesure de gérer ses pulsions. Je n’ai pas vu un acte tendant vers un attentat. Raison pour laquelle, cette affaire ne méritait pas d’être traduite devant la chambre criminelle», dit-il. Après avoir écouté toutes les parties, le juge a mis l’affaire en délibéré jusqu’au 10 avril prochain.

( Bineta DIOUF )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.