ALIOU CISSE, COACH DES «LIONS»: «Le pays doit se mobiliser et être derrière cette équipe»

Le Sénégal reçoit le Mali ce soir en amical, trois jours après sa victoire contre Madagascar. Cette rencontre prévue au stade Léopold Sédar Senghor servira de préparation pour les deux équipes, qualifiées pour la prochaine Can 2019. Hier en conférence de presse, Aliou Cissé a rappelé l’importance de ce match.

Comment abordez-vous ce match contre le Mali ?

C’est avant tout une rencontre amicale. C’est toujours important d’être dans notre philosophie, par rapport à ce que nous avons montré samedi contre Madagascar. C’est un autre adversaire, avec un bon groupe. C’est une équipe en phase de reconstruction avec un nouvel entraineur que je félicite pour la qualification pour la Can. Je pense que ce sera une très belle opposition. De notre côté, cela nous permettra de donner du temps de jeu à certains joueurs qui n’ont pas eu à jouer contre Madagascar. J’espère que le spectacle sera au rendez vous et que le public viendra.

Peut-on dire que ce match constitue une étape de votre préparation pour la Can 2019 ?

Nous avons commencé même la préparation depuis samedi. Je l’avais évoqué la semaine dernière, en disant que nous avions deux matchs de préparation. Seulement, celui contre Madagascar était une rencontre officielle. Mais nous pouvons le considérer comme un match de préparation. Le deuxième c’est contre le Mali. Pour la préparation pour la Can, je ne suis pas certain que nous aurons suffisamment de matchs à disputer. Et pour ce match, nous avons à cœur de faire participer tout le monde.

Quel est le secteur qui ne vous donne pas encore satisfaction ?

Je ne pense pas les choses ainsi. Comme vous le voyez, individuellement, il y a de la qualité. Le potentiel est là. Mais en football, le plus difficile c’est de mettre les qualités individuelles au service du collectif. Il faudra surtout chercher à jouer ensemble, à attaquer ensemble, à défendre ensemble. Il faudra améliorer notre mentalité dans le jeu, être beaucoup plus costaud. Aucun secteur ne m’inquiète. La qualité est là et nous avons des joueurs polyvalents. Nous pouvons développer plusieurs schémas, avec la qualité que nous avons.

Quels sont les objectifs recherchés dans ce match, par rapport à la Can 2019 ?

Comme je vous l’ai dit, la Can, nous l’avons disputée en 2017. Mais après la Can, il y a eu la coupe du monde. Ce sont les joueurs qui vont les jouer. Mais en réalité les titres, ce sont les hommes qui les gagnent. J’ai envie aujourd’hui d’une équipe mature et je pense que nous ne sommes pas loin de cette maturité. Je le sens dans leur façon de préparer les matchs. Ils ont tous un vécu. Je pense qu’aujourd’hui, il faut qu’on pense collectif. Et c’est cette solidarité qui amène souvent les grandes équipes à aller gagner des titres. Nous avons besoin de cette solidarité en interne et autour de l’équipe. Le pays doit se mobiliser et être derrière cette équipe. En face de nous, il y aura de grosses équipes. Mais l’aspect collectif aura son importance. C’est ensemble que nous gagnerons quelque chose.

On parle souvent de derby entre le Sénégal et le Mali. Voyez-vous ainsi les choses ?

Moi je pense que ce match contre le Mali restera amical. Que ça soit mon homologue malien ou mois, nous aurons à cœur de donner la possibilité à nos garçons d’avoir du temps de jeu. Mais Mali / Sénégal, ça reste quand même un derby. Les Maliens auront à cœur de battre le Sénégal. Et nous, nous aurons comme objectif de garder notre standing. J’ai surtout envie que ça reste sur le terrain. C’est important de voir aujourd’hui le football malien rehaussé. C’est également le cas pour la Guinée. Cela vaut dire tout simplement que toutes les équipes travaillent. Et je pense que c’est le football africain qui y gagne. J’ai espoir qu’un jour, un pays africain gagnera la coupe du monde. La façon dont les pays travaillent, malgré les difficultés, il y a de l’espoir. Aujourd’hui, la qualification de certains pays pour la première fois à la Can constitue un exemple. C’est notamment le cas de la Mauritanie, Madagascar et du Burundi. Cela vaut dire que ces soi-disant petites équipes se sont rehaussées, jusqu’à bousculer les grandes équipes. Je pense que c’est intéressant pour le football.

Peut-on s’attendre à des matchs amicaux contre de grosses équipes africaines ?

J’ai eu à le dire. Nous n’aurons pas beaucoup de temps pour des matchs de préparation. Nous en aurons peut-être un ou deux et cela peut être contre des adversaires. Mais ce qui sera important, c’est surtout ce que nous allons fournir au niveau des entrainements. Il nous faudra plus de temps. Il ne faudrait pas aussi trop charger notre calendrier et ne pas oublier que nos garçons ont encore des compétitions. Et ces nombreux matchs amicaux pourraient favoriser des blessures. Si nous voulons gagner la Can, il faudra jouer avec les grandes équipes. Cela nous permettra de progresser.

A quel genre de Can vous attendez-vous ?

Cette Can sera un grand rendezvous. Nous allons vers une compétition très difficile. Ce sera une compétition très relevée. L’équipe qui gagnera cette Can pourra vraiment se venter d’être la meilleure africaine. Il va falloir lutter, être costaud mentalement. Nous avons vraiment hâte d’y être. Ce sera une compétition, avec un niveau jamais égalé.

( El Hadj Mamadou THIAM )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.