INTERVENTIONS D’OFFICIERS A LA RETRAITE DANS LES RESEAUX SOCIAUX: Le ministre des Forces Armées brandit le bâton

Le ministre des Forces Armées, Augustin Tine s’est enfin prononcé sur les interventions récurrentes dans les réseaux sociaux d’officiers à la retraite ayant servi dans l’armée sénégalaise. Et c’est pour rappeler à ces derniers qu’ils sont soumis à l’obligation deréserve sous peine de sanctions administratives jusqu’à l’âge de 65 ans.

Un homme avertit en vaut deux! La tutelle de la grande muette est sortie de sa réserve pour se prononcer sur les interventions récurrentes dans les réseaux sociaux d’officiers à la retraite. La publication du Colonel Abdourahim Kébé sur sa page Facebook où il appelle les Sénégalais à rejeter les résultats de la présidentielle constitue la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Même si, par ailleurs, il a fait cette sortie en sa qualité de secrétaire national à la défense du parti Rewmi. Cela lui a valu d’être arrêté à Saint-Louis où il vit avant d’être conduit à Dakar (à la Section de recherches de la Gendarmerie) et placé sous contrôle judiciaire. Ce dossier a servi de prétexte à la hiérarchie pour le rappeler à l’ordre et par ricochet tous les miliaires qui s’épanchent sur les réseaux sociaux. Dans une note dont «L’As», détient une copie, le ministre Augustin Tine déplore «les interventions récurrentes d’anciens officiers à la retraite». Aux yeux du ministre des Forces armées, «ces interventions de façon récurrente dans les réseaux sociaux des militaires à la retraite, pour exprimer dans la plupart des cas des opinions politiques, sont en violation flagrante des lois et règlements envigueur». Une manière de mettre en garde ces derniers qui depuis un certain temps investissent les réseaux sociaux notamment Facebook pour donner leurs avis sur des questions publiques voire politiques. En dépit de l’accès généralisé aux médias et de la propension de ces derniers à investir tous les secteurs de la société, explique Augustin Tine, les militaires, même à la retraite, demeurent soumis à l’obligation de la loyauté de la République et à l’obligation de réserve. Pour corroborer ces propos, il invoque «la loi 2008-28 du 28 juil-let 2018 abrogeant et remplaçant l’article 19 de la loi no 70-23 du 6 juin 1970 portant organisation générale de la défense nationale qui dispose que les officiers admis à la retraite sont assujettis aux obligations militaires jusqu’à l’âge de 65ans». Soucieux toujours de découragerces pratiques, Augustin Tine a tenu à rappeler aux personnes servant dans les Armées comme celles à la retraite qu’elles s’exposent à des sanctions lorsqu’elles enfreignent les obligations inhérentes à leur métier de soldat. Il est utile de souligner que cette sortie du ministère des Forces Armées n’est pas fortuite. Beaucoup d’anciens officiers se sont dernièrement illustrés par leur liberté de ton. Le colonel Abdoulaye Aziz Ndao a eu des déboires judiciaires pour des faits similaires. En effet, l’ancien officier supérieur de la Gendarmerie Aziz Ndaw a été inerpellé le 13 août 2014. L’auteur du brûlot «Pour l’honneur de la Gendarmerie» a été mis aux arrêts de rigueur à la Caserne Samba Diéry Diallo de Colobane pour avoir dénoncé dans son ouvrage des pratiques peu catholiques au sein de la Maréchaussée. Il a purgé une peine d’un mois ferme. Le capitaine Mamadou Dièye a été radié de l’Armée pour les mêmes faits. Le capitaine Dièye qui avait déposé sa lettre de démission de l’armée pour s’engager en politique s’était lancé dans des diatribes contre le régime dans les réseaux sociaux. Il a été cueilli par les éléments de la Section de recherches de la Gendarmerie devant les locaux de «Dakaractu» où il s’apprêtait à donner une interview, avant d’être relâché quelques plus tard.

( Seydina Omar GUEYE )