ATTRIBUTION DU CONTRAT D’AFFERMAGE DE L’EAU A SUEZ: L’Armp casse le marché

Le nouveau contrat d’affermage de l’eau n’a pas encore filé entre les mains de la Sénégalaise des Eaux (Sde) comme on le faisait croire au ministère de l’Hydraulique. La Sde qui avait introduit un recours gracieux auprès de l’Autorité de régulation des marchés publics (Armp) a obtenu gain de cause. Le Comité de règlement des différends (Crd) qui avait suspendu le marché, a ordonné maintenant l’annulation de l’attribution provisoire. Il remet les compteurs à zéro.

Rebelote dans l’affaire du contrat d’affermage de l’eau. Les choses ont pris une nouvelle tournure hier. En effet, l’Autorité de régulation des marchés publics (Armp) a donné le verdict sur le recours gracieux introduit le 5 novembre dernier par la Sénégalaise des Eaux (SDE) qui contestait l’attribution provisoire du contrat à la société française Suez par le ministère de l’Hydraulique que dirige Mansour Faye. D’ailleurs, après la réception du recours, l’Autorité de régulation des marchés publics l’avait jugé recevable. Du coup, elle avait ordonné la suspension de la procédure d’attribution du marché en attendant de statuer dans le fond du dossier. Ainsi, le Crd a recueilli les arguments des plaignants et ceux du ministère de l’hydraulique pour faire la confrontation. Et le verdict est tombé. A ce propos, le Comité de règlement des différends (Crd) a tout simplement renvoyé au ministère de l’hydraulique et de l’Assainissement sa copie. Autrement dit, le Crd a ordonné l’annulation de l’attribution provisoire du contrat d’affermage de l’eau et la reprise de l’évaluation des offres des différents soumissionnaires, notamment la Sde, Suez et Veolia.

La cellule de passation des marchés publics du ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement qui pensait avoir fini avec ce dossier qui avait suscité beaucoup de bruit, est contrainte de reprendre la procédure pour une meilleure évaluation des offres techniques et financières. Car, il nous revient qu’elle a fauté sur le mode calcul. Le Comité de règlement des différends (Crd) a rejeté le mode calcul utilisé par la cellule de passation des marchés publics du ministère de l’Hydraulique pour évaluer les offres des soumissionnaires. C’est ce qu’avait constaté d’ailleurs la Sde arguant que le mode d’évaluation utilisé par le ministère de l’Hydraulique n’était pas indiqué dans le dossier d’appel d’offres. Elle se vantait d’avoir la meilleure offre parmi ses concurrents. Elle est confirmée aujourd’hui par l’Armp qui ordonne la réévaluation des offres.

LA GUERRE DE L’EAU EST PARTIE POUR ÊTRE LONGUE ET ÉPIQUE

C’est dire que la guerre de l’eau ne fait que commencer. Elle sera longue et âpre. Puisque le même scénario peut se reproduire à la suite d’une seconde évaluation des offres par les services du ministre Mansour Faye. Les sociétés soumissionnaires qui se sentiront lésées pourront encore se plaindre auprès de l’Autorité de régulation des marchés publics (Armp). Pourtant, le contrat de la Sde est arrivé à terme depuis le 31 décembre. Elle assure la distribution de l’eau jusqu’à ce qu’on choisisse un nouvel attributaire. Il faut souligner que désormais que le nouvel adjudicataire aura 45% du capital social, l’Etat du Sénégal et le privé national auront chacun 25%. Et les 5% restants reviennent aux travailleurs.

( Ousseynou BALDE )