MOHAMED DIAGNE PRESIDENT DE LA SR, MEMBRE BBY«Les caravanes ne servent à rien»

Mohamed El Moustapha Diagne, président de la Synergie Républicaine (SR), membre de la coalition Benno Bokk Yaakaar (BBY) trouve qu’il faut un travail en profondeur sur le terrain pour inverser la tendance politique à Thiès. Mais de l’avis du directeur de la Formation et de la Communication (DFC) du ministère de l’Education, les caravanes ne servent à rien et le tintamarre qui les accompagne peut provoquer l’effet contraire.

Mohamed El Moustapha Diagne adressé hier le bilan d’une semaine de campagne de son parti, en faveur du candidat Macky Sall. Il soutient s’être investi dans la bataille de Thiès à travers des visites de proximité, notamment dans les quartiers Diamaguène,Cité Senghor, Médina Fall, Keur Mame El Hadji, Nguinth, etc. Cette démarche de proximité, indique-t-il, s’explique par un besoinbd’éviter la pollution, les informations fausses dans le discours à Thiès et vis-à-vis du candidat Macky Sall. C’est pourquoi, il trouve important les responsables de la mouvance présidentielle descendent des véhicules, entrent dans les maisons, les salons, pour discuter directement avec les électeurs. «Une victoire à Thiès demande un travail politique en profondeur. Cela commence par l’abandon des caravanes, qui traversent parfois des quartiers où il y a des décès, où des gens sont dans des difficultés. Le tintamarre qui les accompagne peut provoquer un rejet de notre coalition. Donc il faut faire très attention à ces caravanes », dit-il. D’ailleurs, rappelle-t-il, le Président Macky Salla été très clair dans le cadre des stratégies de campagne. «Lui mène les meetings, les grands rassemblements, et les responsables à la base s’occupent exclusivement de la campagne de proximité», souligne le leader de Synergie Républicaine qui tire à boulets rouges sur le leader de Rewmi qui, selon lui, a pollué pendant des années, le discours. «Notre coalition a toutes les raisons d’avoir bon espoir, car les Thiessois commencent à prendre conscience de la nécessité d’accorder un second mandat au Président Macky Sall. La tendance qui se dessine est que le Président Macky Sall gagne l’élection avec au moins 60%», déclare le directeur de la Formation et de la Communication (DFC) du ministère de l’Education. Analysant la coalition qui est entrain de se former autour d’Idrissa Seck, il estime qu’il n’y abpas de péril en la demeure. En ce sens que, dit-il, «ces leaders ne sont pas suffisamment représentatifs pour peser sur les tendances fortes qui se dessinent actuellement. Idrissa Seck a actuellement un problème d’imagenaux yeux de l’écrasante majorité des Sénégalais. Personne n’a oublié les chantiers de Thiès, le protocole de Rebeuss, les CD contre l’ancien Président Me AbdoulayeWade, mais aussi le fameux débat sur Maka et Baka», indique Mohamed El Moustapha Diagne.

( Mbaye SAMB )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.