MADICKE NIANG SUR LE CONFLIT CASAMANCAIS: «Il y a beaucoup d’intermédiaires qui se nourrissent de cette crise»

Les cinq candidats dans la course à la présidentielle doivent tous passer devant la Plateforme des femmes pour la paix en casamance (PFPc) pour être entendus sur leur projet et leur vision sur le processus de paix en casamance.

Après le passage d’Elhadji Issa Sall, c’était hier au tour de Me Madické Niang d’être entendu par les femmes de la Plateforme pour la paix en Casamance. Lors de cette audition, le candidat de «Madické 2019» a promis de dérouler sa feuille de route qui consiste, dit-il, à ramener le plus rapidement possible la paix dans le sud du pays. «Quand j’étais au Gouvernement, j’avais mené beaucoup de rencontres avec le défunt abbé Augustin Diamacoune et Kourouma Sané sur le processus de paix qui était en cours», a rappelé l’ancien ministre des Affaires Etrangères devant les membres de la Plateforme. D’autres négociations, poursuit-il, ont été menées avec les responsables de l’aile extérieure du Mfdc. Mais dans le cadre du processus pour le retour de la paix, déplore-t-il, «beaucoup d’intermédiaires vivent et se servent de cette crise». C’est pourquoi il propose de «changer la méthode de faire en écartant les personnes qui ne font que vivre de cette crise. Il faut aussi écarter les personnes qui ne veulent pas que cette crise connaisse une fin. On avait mené discrètement des négociations avec les responsables de l’aile politique. Il ne restait que la signature, mais des personnes malintentionnées, mues par leurs intérêts cryptopersonnels, ont engagé des combattants pour saboter». Toutefois, il se montre rassurant et promet aux femmes du sud du pays qu’il va pleinement jouer sa partition pour installer «définitivement» la paix dans la partie méridionale du Sénégal, s’il est élu au soir du 24 février prochain. Après avoir décliné son programme dénommé « Jam ak Khéweul », Me Madické Niang s’est engagé à inverser la courbe du développement en Casamance en développant la transformation et en installant les PME/PMI. «Je ferai de telle sorte que vous accédiez aux financements pour que vous fructifiez vos activités génératrices de revenus», souligne l’ancien ministre des Affaires étrangères.

( Lamine SAGNA )