RETOUR DE L’ANCIEN PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE: Liesse populaire à l’accueil de Wade

L’accueil réservé hier, au Secrétaire général national du Parti démocratique sénégalais (PdS) et non moins ancien chef de l’Etat du Sénégal était une démonstration de force avec des scènes de liesse populaire le long du trajet de l’Aéroport international Blaise diagne à la permanence Mamadou Lamine Badji, en passant par diamniadio, Bargny, Rufisque, Thiaroye, Grand Yoff. A bien des égards, cette réception du pape du Sopi rassemble à celle qui lui était réservée en 2017, à quelques jours des législatives.

Comme une star, celui que les libéraux appellent affectueusement «le président des cœurs», a eu un accueil digne de son rang. C’est à 16 heures que l’avion privé de Abdoulaye Wade a atterri sur le tarmac de l’AIBD. A l’accueil, sa femme, le ban et l’arrière-ban du Parti démocratique sénégalais(Pds), mais aussi des leaders de l’opposition regroupés dans le C25 parmi lesquels : Malick Gackou, Pape Diop, Bougane Guèye Dany et des membres de la société civile comme le Pr Malick Ndiaye. Les militants libéraux qui ont fait le déplacement jusqu’à l’aéroport de Diass ont assuré l’ambiance aux sons des tamtams, diémbés et des décibels comme l’inoxydable tube «Gorgui» du duo Pape & Cheikh, tourné en boucle et à fond la caisse. Le gros des militants libéraux et karimistes ont préféré accueillir celui qu’ils appellent profondément «Gorgui». A l’AIBD pour parer à tout débordement de foule, un dispositif mixte de sécurité(police, gendarmerie) a été mis en place. A16 heures 38 minutes, Oumar Sarr sort de la salle d’embarquement, sourire aux lèvres pour lancer à la presse : «Le Président Wade est là. Il va bientôt sortir.» Il est suivi par Awa Diop, puis de Bara Gaye et Mamadou Diop Decroix. A 16 heures 40 minutes, l’ancien Président sort enfin. Il déclenche des cris hystériques de la foule de militants qui crie à tue-tête : «Gorgui est le plus fort.» Habillé d’un grand boubou bleu avec des motifs jaunes sur la poitrine, Me Wade porte une chéchia rouge et une écharpe blanche autour du cou et des mocassins de la même couleur. Toujours égal à luimême, sourire aux lèvres et mine rayonnante, Abdoulaye Wade a livré ses premières impressions à la presse. «Je suis satisfait de descendre sur mon aéroport. C’est mon idée. L’accueil est formidable. Les Sénégalais sont attachés à ma personne. C’est Dieu qui l’a proche. Là aussi c’est la même ambiance qu’à Diamniadio. fait», avant d’envoyer un message sans ambages à son successeur. «Je suis venu pour faire partir Macky Sall.» Aussitôt dit, le cortège de Me Wade et son épouse Viviane prennent place dans une rutilante 4X4 Cadillac blanche qui démarre en trombe. Son véhicule est suivi par un cortège de plus d’une cinquantaine de voitures des responsables, leaders du C25 et des militants. A la sortie de l’autoroute à péage, le cortège effectue sa première halte à Diamniadio où l’attendait une foule nombreuse de militants excités qui crient «Gorgui» et brandissant son effigie et celle de son fils. Le cortège mettra une trentaine de minutes pour rallier la ville de Bargny, toute A Rufisque, le maire libéral, Alioune Niang avait battu le rappel de ses troupes. Elles étaient massées sur l’avenue Maurice Guèye, à côté de la mairie. Sur l’autre côté, des militants du ministre Oumar Guèye étaient massés, disant vouloir accueillir Wade à leur manière. Il a fallu l’intervention du Préfet et du Commissaire de Rufisque pour éviter l’affrontement. Quand Wade et son cortège sortaient de Rufisque, l’horloge affichait 18 heures 05 minutes. Ensuite, ce fut l’étape de Mbao. Là aussi, ce sont les mêmes scènes de liesse populaire, le long de la Route nationale 1. C’était le cas à Thiaroye, SIPS, Bountou Pikine où une foule de badauds, de militants et de simples curieux ont rejoint le cortège qui ne cessait de grossir. A chaque étape, Me Wade, debout sur le toit de son véhicule, visiblement aux anges distribuait des sourires et tendait mécaniquement la main pour saluer ses supporters. Les étapes de Cambèrène, Grand Yoff jusqu’à la permanence Mamadou Lamine Badji n’étaient pas différentes des autres. C’était la même ambiance. Il était 21 heures 12 minutes quand la Cadillac blanche de Abdoulaye Wade franchit le portail de la permanence Mamadou Lamine Badji. Au total, la procession de l’ex-chef de l’Etat a duré cinq heures d’horloge.

( M.SARR et Toutinfo.net )