MEETING A MATAM: Macky Sall se défend d’être ethnocentrique

La déferlante marron-beigese poursuit dans le nord. Encore hier, après Mbacké, Kébémer, Saint-Louis et Podor, la mouvance présidentielle a rempli de monde le stade de Matam, pour un grand meeting régional qui a offert une tribune au Président sortant qui s’est défendu de toutei dée selon laquelle il serait ethnocentrique.

Face à des Matamois surexcités, le candidat Macky Sall a fait savoir qu’il ne valait même pas la peine de se déplacer dans cette localité qui lui est déjà acquise. « Matam, c’est chez moi. Et je voudrais que toutes les voix me reviennent le 24 février 2019. Ne leur donnez même pas la zakat », recommande-t-il à ses militants et sympathisants. Selon lui, il n’a pas encore rétribué à sa juste valeur les efforts des Matamois qui l’ont toujours soutenu depuis le début. Même si, dit-il, ses détracteurs le critiquent pour dire qu’il est ethnocentrique en invoquant le fameux concept « Neddo Ko Bandoum ». Macky Sall estime que ceux-là, qui distillent de tels arguments, de façon mal intentionnée, veulent faire croire à l’opinion qu’il veut mettre en avant l’ethnie Hall Pulaar au détriment des autres ethnies du Sénégal. « Et c’est faux », s’offusque-t-il. Après tout, le leader de la mouvance présidentielle pense qu’il est normal d’aider d’abord son proche, son voisin avant d’aider un inconnu. Non sans préciser que le discours de ses détracteurs est sans fondement dans la mesure où il est né au Sine (Fatick), parmi les Sérères, et il reste majoritaire dans la zone. « Pourquoi ils ne disent pas que je fais de l’ethnocentrisme là-bas aussi ? Ils ne parlent jamais de ‘’Okino Pogoum’’ (Ndlr : synonyme de Neddo Ko Bandoum en Serer) »,a-t-il martelé. Avec ses nombreux soutiens dans le Sine et le Fouta, Macky se targue ainsi d’avoir deux pieds dans le Sénégal que chaque politicien aimerait avoir. Mieux, ajoute-t-il,« Tout mon corps est dévolu au Sénégal dans son entièreté. La preuve par les actions que j’ai entreprises et qui sont visibles partout dans le pays ». C’est ce qui justifie aujourd’hui toute ma force politique, a-t-il renchéri. Il explique : « Si vous remarquez bien, on ne me critique jamais sur mon bilan. On parle de la Justice en la critiquant par-ci par-là. Et pourtant, c’est cette même Justice qui est au Sénégal depuis l’Indépendance. Les magistrats ne sont pas des hommes politiques. Ce sont des fonctionnaires qui disent la justice au nom du peuple sénégalais. Donc ce sont des arguments sans fondement. »

MACKY : «IL Y A GENS QUI ATTENDENT LES ÉLECTIONS POUR ALLER CHERCHER DES TORCHONS DE PROGRAMME POUR LES PRÉSENTER AUX SÉNÉGALAIS»

Ce qu’il y a lieu de dire aujourd’hui, c’est qu’une région comme Matam, qui a été oublié sur tous les plans, est en train d’être repositionnée au-devant de la scène, grâce à une politique et une vision déclinée au niveau du plan Sénégal émergent (PSE). « Vous pouvez constater les routes, ce qu’elles étaient avant et ce qu’elles sont devenues aujourd’hui : Linguère-Matam ; Linguère-Dahra ;Dahra-Touba ; Touba-Ila-Touba-Dakar. Aujourd’hui, vous pouvez prendre votre petit-déjeuner à Dakar et venir déjeuner à Matam sans difficulté. La route qui vient de Ndar passant par Richard-Toll, Ndioum, Thilogne avant d’arriver à Matam, cette route est en construction. Il y a aussi les routes Ourossogui-Kanel, Kanel-Bakel, puis Kidira-Tambacounda, un tronçon de 55 Km pour plus de 275 milliards de F CFA. Loin d’être une utopie, c’est des travaux ». Tout ceci étant, Macky dit connaitre mieux que quiconque le pays.« Je connais bien le Walo et le Diery, le Fouta et, bref, le Sénégal. Il faut connaître le pays pour prétendre le diriger. Je ne fais pas partie des gens qui attendent les élections pour aller chercher des torchons de programme pour les présenter aux Sénégalais, en espérant qu’ilsvont leur confier le pays».

AÉROPORT  À MATAM (OUROSSOGUI) : «AIR SÉNÉGAL POURRA À PARTIR DE 2020 FAIRE DES VOYAGES QUOTIDIENS»

Par ailleurs, le patron de la mouvance présidentielle demeure convaincu que Matam peut faire un score de 95% à l’issue du scrutin présidentiel. A l’en croire, les opposants ne pourront rien avoir dans la zone, si ce n’est que du bois mort. Il a ainsi promis un avenir plus radieux aux populations de la localité en cas de réélection, en disant : « Matam me tient à cœur, comme tout le Sénégal me tient à cœur. Donc soyez assurés que nous allons accélérer le développement de Matam. Je l’ai indiqué furtivement, Matam aura un aéroport international à Ourossogui. Air Sénégal pourra, à partir de 2020, faire des voyages quotidiens, comme c’est le cas aujourd’hui pour Ziguinchor. Donc vous aurez la possibilité de faire Dakar-Matam, Dakar-Ourossogui directement par Air Sénégal. Et cela fait partie du programme de désenclavement de la région de Matam. Aussi, vous aurez deux grandes routes : la route Linguère-Matam et la route Matam-Ourossogui qui va à Ndioum puis à Saint-Louis. » Il faut préciser en outre que tous les responsables politiques de Matam ont assisté à ce méga meeting, qu’ils soient des apéristes, des alliés de première heure ou des nouveaux alliés. Parmi les personnalités présentes, on peut noter : Sada Ndiaye, l’ancien ministre Kalidou Diallo, Le ministre Yaya Abdoul Kane, Abou Lo, le maire de Matam Mamadou Mory Diaw, le maire de Ourossogui Me Moussa Bocar Thiam, Abdoulaye Saly Sall, etc. Mais le chef de l’Etat sortant, Macky Sall, a fait une mention spéciale à Farba Ngom qui, soutient-il, a compris une chose fondamentale : « en politique, il faut bannir la soustraction et la division pour promouvoir l’addition ». En définitive, Macky Sall a souhaité que cette entente des responsables de Matam puisse inspirer les autres localités.

(Seydina Bilal DIALLO, Envoyé spécial)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.