PROBLEMATIQUE DES DEPÔTS SAUVAGES D’ORDURES: L’UCG en croisade contre les dépôts se trouvant à l’entrée et à la sortie de Thiès

Suite à une instruction du coordonnateur national Ousmane Ndao, l’Unité de Coordination de la Gestion des Déchets Solides(UCG) a initié une tournée nationale. Il s’agit de mener des opérations d’enlèvement des ordures au niveau des différents axes qui sont très fréquentés, en éradiquant tous les dépôts sauvages. La caravane était à Thiès ce week-end. Momar Ciss maire de Keur Moussa a demandé la mise en place d’un dispositif de suivi et depérennisation pour éviter un éternel recommencement.

Le ministère de la Gouvernance territoriale, du Développement et de l’Aménagement du Territoire, à travers l’Unité de Coordination de la Gestion des Déchets Solides (UCG), a initié une tournée nationale de nettoiement des collectivités locales du Sénégal. Dans le cadre de cette initiative, l’UCG a ainsi mené des actions de grande envergure de nettoiement, d’évacuation et de pérennisation des acquis en matière de propreté, de préservation du cadre de vie et decréation d’emplois. Selon Ibrahima Mbaye, Coordonnateur du pôle de gestion des déchets de la région de Thiès pour le compte de l’Unité de Coordination de la Gestion des Déchets Solides (UCG), ces opérations terrain de nettoiement visent à mettre à niveau l’état de salubrité des collectivités locales. Globalement, le programme a concerné Thiès, St louis, Matam, Kaolack, Diourbel, Ziguinchor, Tambacounda et Kolda, et a été un moment de visite terrain,de partage et de vulgarisation des actions de l’Etat. Pour la région de Thiès, les opérations ont été menées ce week-end dans les axes routiers Cayar- Km 50- Thiès- Tivaouane- Mboro, mais aussi Thiès-Khombole et les axes Thiès-Mbour et Mbour-Thiadiaye. Et partout, les camions et autres matériels lourds de l’UCG se sont attaqués aux dépôts sauvages, qui très souvent offrent un spectacle désolant, en accueillant bien tristement les visiteurs au niveau de ces villes. Pour les communes n’ayant pas les moyens requis pour faire face à ce péril d’insalubrité, Ibrahima Mbaye affirme que cette dynamique est enclenchée pour procéder au nettoiement de ces sites et ensuite mettre en place un système de pérennisation pour améliorer le cadre. Et dans ce cadre, les différentes villes visitées ce week-end ont été ainsi épargnées des conséquences néfastesde plusieurs tonnes de déchets. Ce système, note Ibrahima Mbaye,consiste à une stratégie de suivi périodique avec un dispositif d’enlèvement fréquent. Selon lui, c’est après un état des lieux que des sites ont été choisis pour mener cette opération de grande envergure. Pour éviter un éternel recommencement, il a appelé lescitoyens à adopter un comportement éco-citoyen, surtout dans lecadre du suivi, en évitant de déverser encore des ordures sur les sites déjà assainis. Dans toutes les communes, il reste la grande équation de la décharge respectant les normes environnementales ; car les déchets enlevés sont souvent jetés de façon désordonnés, parfois dans un simple terrain nu ciblé pour la circonstance. A l’en croire, cette démarche consiste seulement à déplacer le problème. Mais, dit-il, l’Etat du Sénégal et les bailleurs sont en train de prendre toutes les dispositions pour le résoudre définitivement, à travers la construction d’infrastructures dédiées et qui sont aux normes. Il s’agira non seulement d’un dépôt aux normes, mais qui ressortira en même temps les potentialités économiques portées par les ordures. Dans ce cadre, 36 communes de la région de Thiès ont été sélectionnées pour bénéficier de ces infrastructures d’accueil des ordures ménagères collectées dans les villes. Pour dérouler le projet, il sera fait un état des lieux dans chaque commune bénéficiaire pour évaluer les besoins en matériel roulant et en infrastructures, dans la perspective d’éliminer définitivement les dépôts sauvages. Pour Momar Ciss Maire de Keur Moussa, ce spectacle désolant des dépôts sauvages, qui survivent parfois pendant dix longues années, constitue une véritable épine sous le pied des communes ; et c’est pourquoi des concertations ont été faites avec l’UCG, pour décliner la contribution que les collectivités locales étaient en droit d’attendre d’elle pour éradiquer ce phénomène. C’est d’ailleurs, dit-il, à l’occasion de la dernière rencontre que la tenue de cette caravane a été décidée. Mais, selon lui, il faut que de telles opérations soient faites de façon continuelle pour éviter un éternel recommencement.

( Mbaye SAMB )