ILS ONT DEPOSE UN CERCUEIL DEVANT SES LOCAUX: Des activistes déclarent la mort du conseil constitutionnel

Le célèbre activiste Guy Marius Sagna et ses camarades ont adressé aux membres du Conseil constitutionnel une lettre pour leur demander de rendre le tablier et de libérer la haute juridiction. En attendant la réaction de Pape Oumar Sakho et Cie, ils se sont rendus, hier, devant le Conseil constitutionnel pour déposer un brancard sur lequel est attaché un linceul blanc, déclarant ainsi la mort dudit conseil.

Guy Marius Sagna et ses camarades sont pratiquement sur tous les fronts. Après s’être particulièrement illustré dans le combat «Auchan dégage» et le mouvement «France dégage», Guy Marius Sagna, connu pour sa témérité, s’en est, cette fois-ci, pris aux membres du Conseil constitutionnel. Accompagné d’une poignée d’activistes, il s’est rendu hier devant le Conseil constitutionnel pour demander aux 7 sages de rendre le tablier. A cette occasion, ils ont tenu à poser un acte fort puisqu’ils ont déposé devant la haute juridiction un brancard sur lequel était attaché un linceul blanc. Signifiant ainsi 7 sages la mort du Conseil constitutionnel. Sonnant l’alerte dans un communiqué parvenu à «L’As», Guy Marius Sagna

et ses camarades rappellent aux membres du Conseil constitutionnel que l’heure est grave. «L’élection présidentielle met fin, tous les cinq ans, par les urnes à des divergences d’intérêts. Si l’élection présidentielle est contestée, ces divergences d’intérêts seront réglées par le sang. Et c’est cela que nous voulons éviter à notre pays. Nous voulons que ces divergences d’intérêts et donc d’opinions, normales en démocratie, se règlent dans la paix», soutiennent-ils dans leur communiqué. Selon Guy Marius Sagna et Cie, « le spectre hante le Sénégal. Celui de son basculement, comme cela s’est vu dans d’autres pays, dans l’instabilité, le chaos du fait d’un processus électoral anti-démocratique». Abordant les prochaines échéances électorales, le coordonnateur du Mouvement « France Dégage» estime que le processus électoral n’est pas fiable. «Le processus électoral actuel est vicié de bout en bout. Dans ce processus, le Conseil constitutionnel y joue un rôle important. La question est de savoir si vous membres du Conseil, vous prenez des décisions au nom du peuple sénégalais ou contre le peuple sénégalais? », se demandent-ils avant d’accuser le pouvoir d’avoir posé une série d’actes qui montrent à suffisance sa volonté d’organiser une élection gagnée d’avance. «Tout le monde sait qu’en lieu et place d’une élection présidentielle, nous assistons à un processus de sélection présidentielle», disent Guy Marius Sagna et ses camarades qui regrettent dans la même veine «que le Conseil constitutionnel ait participé à cette parodie de validation de parrainage et cette mascarade de validation des candidats à l’élection présidentielle». Pour toutes ces considérations,Guy ils demandent aux 7 sages« s’ils ont été piégés, instrumentalisés, ou s’ils ont participé sciemment aux desseins aux conséquences funestes de la coalition présidentielle ?». En tout état de cause et quel que soit la réponse, lancent-ils au président Pape Oumar Sakho et Cie,«votre posture, qui se devait d’être républicaine, jusque-là,est une menace majeure pour la démocratie et donc pour la paix». Très virulent contre cette haute juridiction, Guy Marius Sagna et ses camarades estiment qu’il ap-partient au Conseil constitutionnel de prendre l’exacte mesurede la situation du Sénégal. «Car si notre pirogue chavire, le Conseil n’en sortira pas indemne», martèle-t-il.

 

( Seydina Omar GUEYE )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.