DIVERGENCES SUR LE LIEU D’INHUMATION DE BACHIR KOUNTA: Le Khalif tranche, le défunt repose finalement au cimetière de Ndiassane

Après beaucoup de conciliabules autour du lieu d’inhumation, Bachir Kounta repose désormais au cimetière de Ndiassane. En effet, le fils du regretté voulait que son père soit inhumé dans sa maison en construction à Ndiassane alors que les autres membres de la famille, notamment le Khalif Général, avaient opté pour une inhumation au cimetière où reposent tous les siens. Une dernière rencontre autour du Khalif a permis de décanter la situation.

 

Prévue après la prière du vendredi, l’inhumation d’Ahmed Bachir Kounta n’a finalement eu lieu qu’aux environs de 16 heures 30. C’est parce qu’il y avait de profondes divergences sur le lieu exact de l’inhumation. En effet, le Khalif avait désigné le cimetière où repose une partie de la famille du fondateur de Ndiassane, y compris l’épouse d’Ahmed Bachir Kounta, tandis que la famille proche du défunt était pour qu’il soit enterré dans sa maison de Ndiassane. D’ailleurs, la tombe était même déjà creusée avant la prière du vendredi. Okhbata Kounta, fils du défunt, s’est accroché à ce vœu jusqu’à la dernière minute, malgré l’intervention de plusieurs dignitaires. L’ancien ministre Ousmane Ngom, ami de tous les jours d’Ahmed Bachir Kounta, était dans les négociations ; et finalement, note notre source, le Khalif a appelé tous les acteurs principaux pour réitérer son vœu de voir le défunt inhumé au cimetière. En fin de compte, le fils a abdiqué à la dernière minute, avec l’intervention combinée de Me Ousmane D’après Bécaye Mbaye, chaque fois qu’il y a eu un changement de régime au Sénégal, la première réaction de Bachir Kounta a toujours été d’affirmer la position inébranlable de la famille d’être toujours avec le pouvoir en place. C’est pourquoi, dit-il, c’était un homme de l’Etat. Ainsi, de Senghor jusqu’à Macky Sall, en passant par Abdou Diouf et Me Abdoulaye Wade, il a toujours été le traducteur en langue nationale wolof des messages à la Nation du Président de la République. Grand chroniqueur sportif, ditil, El Hadji Bachir Kounta jouait un rôle central dans la famille Kountiyou, et son illustre père était le fils du fondateur de Ndiassane. Pour le communicateur traditionnel Khadim SAMB, un grand rassembleur s’en est allé, et il avait un laisser passer permanent dans toutes les familles religieuses du Sénégal. Ngom et des autres dignitaires de la famille. Ainsi la volonté des autres membres de la famille, notamment du Khalif Général Cheikhal Bécaye Kounta, a prévalu sur celle du fils aîné qui voulait que son père repose pour l’éternité dans la maison en construction. Et c’est aux environs de 16 heures 30 minutes que la prière mortuaire a été dite, avant que le corps ne soit acheminé vers le cimetière. Ahmed Bachir Kounta a été accompagné par une foule immense. De la mosquée au cimetière, c’était noir de monde. D’ailleurs l’imam a eu toutes les peines du monde pour diriger la prière devant une foule excitée, semant à la limite le désordre. Selon Bécaye Mbaye, cet engouement populaire est tout à fait normal car le Sénégal a perdu un grand homme. Il faisait partie de la génération des Alassane Mbengue Allou, Alé Ndao, Pathé Fall Dièye ; et il consacré toute sa vie à l’Etat. D’après Bécaye Mbaye, chaque fois qu’il y a eu un changement de régime au Sénégal, la première réaction de Bachir Kounta a toujours été d’affirmer la position inébranlable de la famille d’être toujours avec le pouvoir en place. C’est pourquoi, dit-il, c’était un homme de l’Etat. Ainsi, de Senghor jusqu’à Macky Sall, en passant par Abdou Diouf et Me Abdoulaye Wade, il a toujours été le traducteur en langue nationale wolof des messages à la Nation du Président de la République. Grand chroniqueur sportif, ditil, El Hadji Bachir Kounta jouait un rôle central dans la famille Kountiyou, et son illustre père était le fils du fondateur de Ndiassane. Pour le communicateur traditionnel Khadim SAMB, un grand rassembleur s’en est allé, et il avait un laisser passer permanent dans toutes les familles religieuses du Sénégal.

( Mbaye SAMB )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.