REBONDISSEMENT SUR L’AFFAIRE DE 94 MILLIARDS: Les Patriotes taxent Madiambal de «mercenaire » et mouillent Seydou Sarr et Mamour Diallo

L’affaire portant sur un détournement de 94 milliards au sein de la direction des domaines, remise au goût du jour par l’administrateur du journal d’informations générales «Le Quotidien », est manifestement loin de connaitre son épilogue. Pour cause, la sortie du patron de presse, Madiambal Diagne n’a pas laissé indifférent le leader du Pastef, Ousmane Sonko qui, via Bassirou Diomaye Faye, coordonnateur des cadres de Pastef,  a battu en brèche les accusations portées sur sa personne.

Ousmane Sonko était l’absent le plus présent, hier, lors de la conférence de presse animée, au  siège de son parti par le président de la cellule des cadres de Pastef, Bassirou Diomaye Faye. Ce dernier, s’est employé tant bien que mal avec des «pièces à conviction » à la main à battre en brèche les accusations de l’administrateur du groupe « Avenir communication ». Selon M. Faye qui n’y est pas allé par le dos de la cuillère, Madiambal Diagne est en «mission commandée ». Une manière de dire que ce dernier s’est constitué le bras armé du pouvoir « afin de ternir l’image et la réputation du politicien intègre qu’est Ousmane Sonko ». Mieux, disent-ils : «Madiambal Diagne est un mercenaire connu pour ses frasques suite à ses nombreuses arrestations pour motif de diffamation ». Ce qui pousse le président de la cellule des cadres de Pastef à dire que Ousmane Sonko ne répondra pas aux accusations du patron de presse en l’occurence le sieur Diagne. « Au lieu de laver leur dignité, ils se servent de mercenaire interposé. Vous n’avez entendu personne nier le détournement des 94 milliards. Le principal concerné n’a jamais pipé mot. Vous ne l’attendrez pas parce c’est du béton », certifie Bassirou Diomaye Faye, se demandant depuis quand les journalistes portent des accusations.

Cette parenthèse fermée, M. Faye a interpellé le procureur de la République qui, selon lui, a été si prompt d’ouvrir le dossier de Khalifa Sall alors que l’affaire Mamour Diallo ne bouge pas. Aussi, il s’en est pris ouvertement au directeur des domaines et à Seydou Sarr dit Tahirou Sarr. En effet, le président des cadres de Pastef a dans un premier temps livré une information de taille. Bassirou Diomaye Faye: « Nous avons évoqué que deux actes dont le cumul fait 94 milliards, mais il y a d’autres actes dont nous disposons avec un cumul de plus 94 milliards ». Il dénonce ainsi un crime économique grave perpétré contre le peuple sénégalais.

Revenant sur la genèse de cette affaire, M. Faye fait savoir que le leader du Pastef après avoir reçu une information a pris la peine de mener une enquête de plus de 8 mois pour avoir des informations complémentaires qui manquaient dans le puzzle. Il renseigne, par la même occasion, qu’après avoir fait des enquêtes dans les conservations foncières pour retracer la vie du titre foncier en question 1451/R et mené de investigations au niveau des juridictions pour disposer des décisions de justice entre autres M. Sonko a saisi le 8 mai 2018 le procureur de la République d’une plainte pour détournement présumé de deniers publics. Une requête, selon lui, aux fins d’ouverture d’une enquête judiciaire. A la suite poursuit, toujours le Président des cadres, le patron des patriotes Pastef avait saisi l’Ige et l’Ofnac. Pour preuve, il exhibe devant l’assistance la décharge qui prouve que  le procureur a reçu la plainte sur sa table en date du 4 mai 2018 sans aucune réaction.

Parlant des faits, il explique que « c’est par des subterfuges de faux actes administratifs d’acquiescement portant la signature du directeur des domaines en l’occurrence Mamour Diallo qu’on a octroyé 94 milliards à Seydou Sarr dit Tahirou Sarr qui aurait un droit de propriété sur le foncier 1451/R ». Or, fait-il remarquer, via une vidéo projetée à l’attention des journalistes, ce dernier n’a jamais été propriétaire du titre. En effet, la vidéo projetée renseigne sur le modus operandi avec de faux actes d’acquiescement. Selon Bassirou Diomaye Faye, Seydou Sarr « ne disposant d’aucun droit de titre s’est tapé par un subterfuge malhonnête 94. 783. 159. 000 FCFA sur le dos du contribuable sénégalais avec la complicité du directeur des domaines Mamour Daillo ». Pourtant, informe-t-il, les familles Niaga Ndoye et consorts, au nombre de 23 au total, sont propriétaires de 2.567.707 m2 soit 256 ha sur le titre foncier numéro 1451/R sis aux Parcelles assainies/Keur Massar. Aussi, il faut  noter que le titre foncier en question avait fait l’objet d’un litige. A la suite, explique Bassirou Diomaye Faye, une décision de justice avait donné gain de cause aux familles Niaga Ndoye qui retrouvent leur droit de propriété sur le titre après 30 ans de procès.

A en croire, M. Faye Seydou Sarr est entrée en scène dans cette affaire en agissant sous le couvert de Sifico Sa et de Cfu Sarl et en décidant d’acheter le « problème » à 2. 500. 000. 000 FCFA en signant une cession de créance avec une partie de la famille. Il sollicite par la suite une homologation de Pv de cette conciliation, mais le Tribunal de grande instance la lui refuse. Une décision qui sera également confirmée par la Cour d’appel de Dakar. Et c’est devant cette impasse, sérine M. Faye, que Seydou Sarr, malgré les jugements qui le déboutent s’est rapproché de l’administration fiscale avec la complicité de Mamour Daillo pour faire valoir un « droit » à être indemnisé en lieu et place des familles Ndoye, propriétaires exclusives du titre Tf 1451/R. « C’est le 21 Août 2017 qu’une commission de conciliation dont on ne connait ni la composition, ni les membres y ayant siégé décide d’indemniser Seydou Sarr par le procédé d’actes d’acquiescement, dans lesquels ce dernier apparaît comme l’exproprié Tf 1451/R », dénonce le Président de la cellule des cadres de Pastef, soulignant que « ladite commission réunie le même jour soit le 21 août 2017 a utilisé deux actes d’acquiescement différents sur le même titre, signés le jour suivant, soit le 22 août au profit de la même personne utilisant deux sociétés différentes (La société Cfu et la société Sofico, Ndlr) lui appartenant ».

 Pour couronner le tout M. Faye indique que Seydou Sarr qui n’a jamais détenu de droit de propriété sur le titre en question a reçu 94.783.159.000FCFA. Par ailleurs, le Président des cadres de Pastef a tenu à apporter dans la foulée des précisions de tailles sur les sociétés Mercalex et Atlas. « La société Mercalex est plus ancienne que Atlas. Atlas a été créée le 3 novembre 2017. En ce moment il (Ousmane Sonko, Ndlr) était déjà radié de la fonction publique le 29 août 2016 », fait constater Bassirou Diogomaye Faye.

( Seydina Omar GUEYE )