PARTENARIAT CHINE-SENEGAL: Une coopération pleine de belles promesses

Une étape nouvelle a été franchie dans la coopération économique jugée avantageuse entre la Chine et le Sénégal, avec la visite à Dakar, ce dimanche 6 janvier 2019, du ministre des Affaires étrangères de l’Empire du Milieu. Plusieurs projets d’infrastructures seront réalisés par la Chine, lesquels viendront s’ajouter à la longue liste de ceux déjà achevés au grand bonheur des Sénégalais.

Le Sénégal est-il au cœur de la politique africaine de la Chine ? La question mérite d’être posée au regard de la dernière visite à Dakar du ministre chinois des Affaires étrangères, ce dimanche. En effet on a comme l’impression que Dakar est une étape obligée pour tout dirigeant chinois qui se respecte, en tournée en Afrique. A la suite du  président XiJinping, en juillet 2018 lors de sa visite en Afrique, le chef de la diplomatie de l’Empire du Milieu, Wang Yi, accompagné d’une vingtaine de journalistes, a été reçu hier par son homologue sénégalais Me Sidiki Kaba. Wang Yi effectue une tournée africaine qui l’a mené d’abord au Rwanda, en Ethiopie et en Gambie.

L’étape de Dakar n’est pas gratuite, parce qu’elle intervient six mois seulement après celle historique du président XiJinping. Cette visite du patron de la diplomatie chinoise intervient également dans un contexte où la coopération économique entre les deux pays ne s’est jamais aussi bien portée, et de découvertes d’énormes ressources en hydrocarbures. Cette coopération bilatérale entre Dakar et Beijing est vaste et variée. Elle embrasse tous les secteurs de la vie. Pourtant, c’est le   25 octobre 2005 que le président Abdoulaye Wade a officiellement repris sa coopération avec la Chine, à la suite d’une rupture  décidée le 09 janvier 1996 par le président Abdou Diouf, au profit de Taiwan.

Depuis lors, la coopération entre la Chine et le Sénégal est qualifiée de mutuellement avantageuse par les deux pays. Pour preuve, le volume des échanges avec la Chine est allé crescendo. Il a été multiplié par 16 entre 2005 et 2018, selon l’ambassadeur de Chine au Sénégal. Selon les chiffres de la présidence du Sénégal, les investissements de l’Empire du Milieu s’élèvent aujourd’hui à 1.156 milliards de FCFA. Depuis l’accession du président Macky Sall au pouvoir en 2012, environ 900 milliards de FCFA ont été mobilisés pour le financement de nombreux projets dans plusieurs secteurs. Les chantiers financés par la Chine au Sénégal sont nombreux.  A titre illustratif, la Chine a contribué au financement de nombreux projets d’équipements et d’infrastructures de développement socio-économique au Sénégal, parmi lesquels : l’acquisition de quatre cent six minibus King Long d’une valeur de 11 200 000 000 FCFA ; l’acquisition de 235 bus au profit de Dakar-Dem-Dikk, la société publique de transports en commun, d’une valeur de 15 000 000000 FCFA ; la réalisation de la Boucle 90 kV de Dakar phase 1, d’une valeur de 23 680 000 000 FCFA ; la réhabilitation et l’extension du réseau électrique à Dakar, d’un montant de 41 040 000 000 FCFA ; la rénovation de onze (11) stades régionaux ; la construction de l’Hôpital pour enfants de Diamniadio. La coopération entre les  deux pays se matérialise également sur le plan culturel. La Chine a financé la construction du Grand théâtre national et du Musée national des civilisations noires. Au plan sportif, l’Arène nationale, financée et construite par une entreprise chinoise, a été inaugurée par les deux chefs d’Etat en juillet 2018.

La Chine dans le Plan Sénégal Emergent

Selon l’ambassadeur de Chine au Sénégal, son pays est le premier investisseur du Plan Sénégal Emergent, avec un financement total de 884 milliards de FCFA injectés au cours de ces cinq dernières années.

Considérée comme le plus grand chantier du Plan Sénégal Emergent, l’autoroute Ila Touba été construite par l’entreprise chinoise CRBC. Le président Macky Sall et le Khalife général des mourides ont procédé à son inauguration le 20 décembre dernier.

Le parc industriel de Diamniado, également construit par une entreprise chinoise, bénéficie du soutien financier de ce pays. La deuxième phase du projet sera financée à hauteur de 60 milliards de FCFA par la Chine. Cette infrastructure a été inaugurée récemment par le chef de l’Etat.

Autoroute Mbour-Fatick-Kaolack…

Ce à quoi il faudra ajouter, d’après leministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi, la construction de l’autoroute Mbour-Fatick-Kaolack, le nouveau siège du ministère des Affaires étrangères et le projet Smart City. Ce que n’a pas manqué de saluer, comme cela se doit, le chef de la diplomatie sénégalaise, Me Sidiki Kaba. « Le Sénégal et la Chine entendent élargir la base de leur coopération et s’engager essentiellement dans la voie d’une coopération avantageuse mutuellement pour leurs pays, et dans le cadre d’un partenariat stratégique globale», a magnifié le ministre  des Affaires étrangères, louant la «vitalité » de la coopération sino-sénégalaise, en citant : l’autoroute Thiès-Touba, le Musée des civilisations noires et l’Arène nationale comme des symboles de ce partenariat. Me Sidiki Kaba a souligné également que le Sénégal soutient le principe « d’une Chine unique » et l’initiative chinoise : «la ceinture et la route ».

Bref, Dakar et Beijing veulent faire de cette coopération vieille seulement de 14 années, mais très fructueuse, une « pionnière en Afrique ». « Notre coopération est entrée dans une phase nouvelle. Avec l’amitié et la confiance mutuelles,  la coopération entre Beijing et Dakar se trouvent maintenant à la meilleure période de l’histoire », a soutenu Wang Yi.

( M. SARR )