CONDAMNE A DEUX ANS DONT UN MOIS FERME: Le chauffeur de la Sonatel a volé 2000 cartes de crédits téléphoniques

Chauffeur à la Sonatel, Saliou Diouf a fait face au juge du Tribunal d’Instance de Dakar pour vol au préjudice de son employeur. Il avait dérobé 2 000 cartes de crédits téléphoniques. Jugé et reconnu coupable, il a été condamné à deux (2) ans dont un mois ferme.

Deux ans dont un mois ferme ! C’est la peine que le Tribunal d’instance de Dakar a infligée à Saliou Diouf qui a été reconnu coupable du délit de vol au préjudice de son employeur. Chauffeur à la Sonatel, ce dernier avait volé deux cartons contenant chacun 1000 cartes crédits téléphoniques qu’il a vendues à 617.950 francs CFA.

Les faits se sont déroulés à Rufisque en novembre 2018. En effet, les distributeurs avaient saisi la Sonatel pour signaler qu’il manquait quelques cartes de recharge téléphonique que leur avait livré Saliou Diouf. Après vérification, des agents de Sonatel ont découvert que les cartes signalées volées ont été rechargées par des utilisateurs maliens et sénégalais. C’est ainsi que tous les soupçons sont portés sur le chauffeur Saliou Diouf, chargé de la livraison des cartes auprès des distributeurs.

Interpelé sur les cartes manquantes, le sieur Diouf soutient qu’il a pris la marchandise auprès du gérant Mbaye Guèye. Après la signature du bordereau de livraison, poursuit-il, on lui a remis deux petits cartons contenant 1000 cartes. «Mbaye Gueye m’avait chargé de les vendre et de lui remettre l’argent», explique-t-il. Mais devant les enquêteurs, il change de version et passe aux aveux. Il reconnait avoir volé les cartes de recharge de son propre gré. A la barre du Tribunal de Grande Instance de Dakar, il a réitéré ses déclarations faites à l’enquête préliminaire en reconnaissant les faits. Il a volé les cartes de crédit téléphonique pour régler quelques soucis financiers auxquels il faisait face. «Je regrette mon geste et je jure que je ne vais plus recommencer. Je demande pardon», déclare-t-il.

L’aveu étant la mère des preuves, le maitre des poursuites a soutenu que les faits sont constants et a requis deux ans de prison ferme à son encontre.

Après avoir souligné que son client est un délinquant primaire qui n’a jamais eu maille à partir avec la justice, l’avocat de la défense a plaidé l’application bienveillante de la loi. Saliou Diouf a été condamné à deux (2) ans dont un mois ferme.  Mais le plus dur pour Saliou Diouf, c’est qu’il va perdre son boulot pour 2 000 cartes de crédit téléphonique.

( Bineta DIOUF )