INTERDITS D’ACCES AUX LOCAUX DE L’INSEPS: Les Inspecteurs de la Jeunesse dénoncent l’attitude du Directeur

Malgré les conditions précaires dans lesquelles, ils se trouvent, les Inspecteurs de la jeunesse et du sport sortant de l’Inseps ne comptent pas arrêter la grève de la faim, qu’ils observent depuis une semaine. En attendant d’obtenir la satisfaction de leurs revendications, ils dénoncent l’attitude du Directeur de l’Inseps, Mountaga Diop, qui en connivence avec le directeur du Stade Iba Mar Diop, a déployé des forces militaires pour leurs interdire l’accès aux locaux.

Il est 15 heures au Stade Iba Mar Diop. Sous un soleil ardent les gens vaquent à leurs occupations. Devant la porte principale du stade, les Inspecteurs de la jeunesse et du sport sortant de l’Inseps ont éparpillées pêle-mêle des nattes qui leurs servent de lit. Au dessus de leurs têtes sont accrochés des rideaux pour se protéger du soleil.

 En effet, depuis une semaine, l’accès a été interdit à ces Inspecteurs de la jeunesse et du sport. Selon leur porte-parole, Ousseynou Faye, le Directeur de l’Inseps est responsable de la situation. «Le premier jour où on a débuté la grève, on voulait s’installer dans les locaux de l’Inseps. Mais, on nous a interdit l’entrée au niveau de l’Inseps. Le Directeur Mountaga Diop de connivence avec le Directeur du stade a orchestré tout cela, en tirant profit du fait que le stade est géré par les militaires. Donc, il a demandé tout simplement au directeur du stade de ne pas nous permettre d’accéder aux locaux de l’Inseps. Ainsi les militaires nous ont interdit l’accès par la force», dénonce-t-il.

 Auparavant, dit-il, « 10 Inspecteurs qui étaient venus très tôt avaient réussi à accéder, mais finalement ils ont été évacués aux environs de 13 heures. Comme si cela ne suffisait pas, Mountaga Diop a fait appel aux gardiens de l’Ucad, pour ne pas les appeler des nervis et ils ont sorti les inspecteurs en les malmenant et en les jetant dehors comme des mal propres. Et pour leur montrer notre détermination nous avons fait avec les moyens du bord en installant des nattes dehors. Depuis une semaine on passe la nuit à la belle étoile en côtoyant quotidiennement l’insalubrité et l’insécurité », fait-il, remarquer. Visiblement ces sortants de l’Inseps ne comptent reculer devant rien, malgré l’état de santé de certains d’entre eux. « Nous sommes 16 personnes à observer cette grève, mais depuis le début du mouvement quelques éléments ont été évacués. Le dernier cas a été évacué dans la matinée, suite à un malaise. Heureusement, que le Samu national est venu vite à son chevet. Actuellement les deux autres victimes  sont des femmes. D’ailleurs, elles sont rentrées chez elles. Car leurs états de santé ne sont pas compatibles avec la grève de la faim. Et la 4èmepersonne qui a été évacuée hier matin, est revenue après avoir reçu des soins. « Tout ça prouve notre détermination pour ce combat », assure le porte parole du jour. « Nous réclamons notre droit d’avoir du boulot. Parce que si notre ministre de tutelle en est arrivé à dire que nous avons payé pour notre formation, c’est parce qu’il y a encore une amalgame qui entoure cette situation. Les autorités ne comprennent pas réellement le fond des choses et nous, nous ne sommes que des victimes de cette situation. Mais, nous ne sommes ni des syndicalistes, encore moins des politiciens, nous sommes des citoyens sénégalais, des pères et des mères de familles qui ont au préalable quitté des boulots qu’ils avaient dans le privé», clame le, Porte-parole du collectif des Inspecteurs de la jeunesse et du sport sortant de l’Inseps.

( Mama Katherine DIOUF )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.