PRESIDENTIELLE 2019: Les deux «K»  à l’écoute du Conseil constitutionnel, après le dépôt de leur candidature

Le calme plat que connaît le paisible et cossu quartier des Almadies s’est envolé, hier, lors des dépôts de candidatures et de parrainages des candidats du Parti démocratique sénégalais (Pds) Karim Wade et de l’édile de Dakar, Khalifa Sall. Leurs mandataires ont, en présence, de leurs militants respectifs massés devant le Conseil constitutionnel, déposé leurs candidatures pour participer à l’élection présidentielle de février 2019.

Le ballet des candidats à l’élection présidentielle de 2019 se poursuit au Conseil constitutionnel. Décidés en découdre avec le Président Macky Sall, candidat à sa propre succession, les mandataires de Karim Wade

et l’édile de Dakar ont passé, hier, à l’acte. Ce, devant des militants acquis à leur cause et qui scandaient à tout va «Karim candidat, Khalifa candidat». En compagnie de Idrissa Diallo, le mandataire de Khalifa Sall, Babacar Thioye Ba a donné le ton avant l’arrivée du mandataire de Karim Wade, en la personne du secrétaire général adjoint du Pds, venu quelques minutes après, en compagnie de Mamadou Diop Decroix. Particulièrement virulent envers le régime de Macky Sall, le secrétaire général adjoint du Pds déclare : « Nous sommes dans un pays de droit. Donc, nous sommes candidats à l’election présidentielle avec notre candidat Karim Meissa Wade. Nous respectons tous les critères décrits par les lois et la Constitution et avec la coalition de partis et de mouvements qui soutiennent Karim Meissa Wade. Nous sommes là pour déposer  notre candidature avec l’ensemble des pièces demandées et tout le parrainage nécessaire».

 Revigorés par les militants qui scandaient à tout va, «Karim day bok » (Karim sera candidat, Ndlr), Oumar Sarr enchaine : «Nous allons nous battre pour un Etat de droit. Nous allons déposer sans illusion aucune. Parce que nous savons depuis le début que ce gouvernement ne veut pas de la candidature de Karim Meissa Wade et non plus celui de Khalifa Sall».

Parlant de leur dépôt au même moment que les Khalifistes, il fait savoir que cela n’est pas fortuit. «Nous avons décidé symboliquement de déposer ensemble cet après midi pour montrer à l’opinion que nous irons jusqu’au bout. Ce n’est pas seulement une question de justice car nous avons une justice aux ordres. Nous menons un combat par la mobilisation des populations pour pouvoir imposer nos candidatures. Nous allons commencer cette semaine et nous allons poursuivre le combat la semaine prochaine. Et d’ici janvier nous allons continuer par une mobilisation permanente pour imposer le choix du peuple» avertit Oumar Sarr , martelant que «c’est le peuple qui doit choisir, mais pas Macky Sall».

Interpellé sur le retour du candidat du Pds, le mandataire de Karim Wade rassure que ce dernier sera bien là avant même la campagne électorale. «On ne peut pas avoir un candidat qui ne va pas battre campagne. Il sera là bien avant la campagne et nous allons nous organiser dans ce sens. Nous savons ce qu’ils veulent. Ils sont en train de tout faire pour nous éliminer par des artifices divers, mais nous allons imposer la candidature de Karim Wade. Nous sommes le principal parti de l’opposition et personne ne le conteste » se glorifie-t-il.

Auparavant, le mandataire de Khalifa Sall, Babacar Thioy Ba, n’y est pas allé par quatre chemins, à la sortie du Conseil constitutionnel. « Conformément aux dispositions de la Constitution et du Code électoral, nous venons d’accomplir la formalité de dépôt de la candidature de Khalifa Ababacar Sall, candidat de la coalition Takhawou Dakar ak Khalifa Ababacar Sall. Nous avons déposé la déclaration de candidature signé par le candidat lui même accompagné de 9 pièces qui sont prévues par le code électoral» a-t-il indiqué. «Aujourd’hui le vrai sujet, c’est de préparer nos équipes pour la campagne électorale et finaliser notre projet que nous allons présenter aux électeurs. Mais, surtout que le ministre de l’intérieur, la Cena et le Cnra prennent dès à présent les dispositions nécessaires afin de permettre à Khalifa Sall d’exercer la plénitude des droits attachés à son statut de candidat. Ce qui veux dire qu’il doit pouvoir battre campagne, utiliser son temps d’antenne et pouvoir voter comme tous les sénégalais inscrits sur les listes électorales », a-t-il indiqué.

( Seydina Omar GUEYE )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.