La justice française favorable à l’extradition de François Compaoré vers le Burkina Faso

La justice française a autorisé, mercredi, l’extradition de François Compaoré vers le Burkina Faso, où le frère de l’ancien président Blaise Compaoré est mis en cause par la justice pour l’assassinat du journaliste Norbert Zongo.

François Compaoré,

frère cadet de l’ancien président déchu Blaise Compaoré, sera-t-il extradé vers le Burkina-Faso ? La cour d’appel de Paris a autorisé, mercredi 5 novembre, son extradition vers le Burkina Faso, où celui qu’on surnommait « petit-président » est mis en cause dans l’enquête portant sur l’assassinat, en 1998, du journaliste Norbert Zongo et de trois de ses compagnons.

Les corps de Nobert Zongo et de ses amis avaient été retrouvés dans une voiture incendiée dans le sud du pays en décembre 1998. La famille de Zongo a longtemps accusé François Compaoré, l’une des personnalités les plus détestées du régime de Blaise Compaoré, d’avoir participé aux massacres qui ont déclenché des manifestations de masse au Burkina-Faso.

Pourvoi en cassation formé par la défense

François Compaoré avait été arrêté à l’aéroport parisien Roissy-Charles-de-Gaulle, en octobre 2017, sur la base d’un mandat d’arrêt émis par les autorités de Ouagadougou. À ce jour, il n’est pas inculpé dans son pays dans cette affaire.

Après l’autorisation d’extradition donnée par la cour d’appel, la défense de François Compaoré a indiqué mercredi qu’elle allait former un pourvoi en cassation. Pour être effective, une extradition doit aussi faire l’objet d’un décret gouvernemental.

( Avec AFP )