RDC: les élections vont «bien se passer» estime Kabila

Le président congolais estime que la République démocratique du Congo n’a pas de « comptes à rendre » au ministre belge des Affaires étrangères.

La Belgique n’avait par exemple aucun droit de donner des conseils au Congo pour l’organisation des élections du 23 décembre, ou de soutenir une opposition qu’il estime en quelque sorte « organisée à l’étranger ».

Pour Joseph Kabila, il n’appartient pas à la Belgique de faire le choix des dirigeants congolais, de les inviter, de leur « offrir des chocolats ».

Les élections présidentielles et législatives de la fin du mois vont d’ailleurs « bien se passer » selon Joseph Kabila.

Il souligne qu’elles ont été organisées souverainement par la seule RDC, et que des observateurs internationaux seront présents, notamment de l’Union africaine, de la Communauté des États d’Afrique centrale ou encore d’Afrique australe.

Et même si l’UE ou les Etats-Unis regrettent que leurs observateurs ne soient pas conviés, leurs rapports n’auraient pas de valeur selon le président congolais car ces rapports sont déjà écrits à l’avance pour critiquer la RDC, explique-t-il.

Joseph Kabila estime aussi que ses 17 années au pouvoir ont apporté stabilisation, réformes et modernisation à la RDC.

Il a d’ailleurs bien l’intention après les élections de rester au Congo, où il sera sénateur de droit, où il a ses exploitations agricoles et où il rappelle qu’il est toujours militaire de réserve.

RFI