CONDOLÉANCES DU CHEF DE L’ÉTAT A NDIASSANE: Bachir Kounta révèle les confidences du défunt

En attendant la cérémonie religieuse prévue le dimanche prochain, la famille Kountiyou a reçu hier les condoléances du Président Macky Sall, suite à la disparation du Khalif El Hadj Mame Bouh Kounta. Une occasion pour Mohamed Bachir Kounta, qui a porté la voix de la famille, de révéler que l’illustre disparu avait prédit son rappel à Dieu avant la célébration du prochain Gamou.
Accompagné du Premier Ministre, de son Directeur de Cabinet Me Omar Youm, d’Aly Ngouille Ndiaye Ministre de l’Intérieur, Abdou Ndéné Sall Ministre Délégué chargé du développement du réseau ferroviaire national, le Président Macky Sall s’est rendu hier à Ndiassane pour présenter ses condoléances, à la suite du rappel à Dieu du Khalif Général El Hadj Mame Bouh Kounta. A cette occasion, Mohamed Bachir Kounta qui a parlé au nom de la famille a révélé que le guide religieux avait prédit son rappel à Dieu avant la célébration du prochain Gamou. Il raconte que le Khalif El Hadj Mame Bouh Kounta a appelé récemment sa fille Sokhna Astou Kounta ( épouse de Bachir Kounta) pour lui dire : «Bachir Kounta n’est pas venu participer à la rencon- tre du Comité Régional de Déve- loppement (CRD) de Thiès, consacré à la préparation du prochain Gamou de Ndiassane parce qu’il a vu ma mort et il sait très bien que je ne serai plus de ce monde lors de l’évènement de cette année». Selon Bachir Kounta, dès que son épouse est venue lui porter ce message, il est allé à son tour voir El Hadj Mame Bouh Kounta et il lui a tenu les mêmes propos, confir- mant qu’il ne sera plus de ce monde lors du prochain Gamou. Bachir Kounta révèle ensuite que, parmi ses dernières recommandations, le défunt Khalif lui
a également confié le Président Macky Sall et la Première Dame Marième Faye Sall, et lui a demandé de les soutenir à visage découvert et de prier pour eux. Selon Bachir Kounta, les rela-tions étroites qui existaient entre El Hadj Mame Bouh Kounta et le couple présidentiel sont connues de tous. Mais, dit-il, cela va dans le sillage d’un principe de base qui guide la démarche de la fa- mille et qui fait qu’elle ne sera ja- mais contre le pouvoir, d’autant plus que c’est Dieu qui le confie à qui il veut. Pour lui d’ailleurs, la compétition électorale s’inscrit dans l’ordre normal des choses, mais après que le bon Dieu a fait son choix, il est du de- voir de tous les croyants de se ranger derrière. Il ajoute : « c’est pourquoi ce terrorisme verbal, qui consiste à vouer aux gémo- nies quiconque prend la décision de soutenir le pouvoir, doit cesser. En tout cas, il y a beaucoup de prétendants dans l’arène politique, mais nous savons bien faire la part des choses ». De l’avis de Bachir Kounta, parmi les actes forts qui fondent l’estime de l’illustre disparu pour le Chef de l’Etat Macky Sall, il y a la décision prise lors du conflit au Mali, d’envoyer des soldats sénégalais à Toumbouctou. Selon lui, parmi les 33 saints qui sont à Tombouctou, les 29 sont des descendants de la famille Kountiyou. « Il était un père, un guide, un confident pour moi, pour les musulmans et pour toute la Ummah islamique. C’est pourquoi il était de mon devoir de venir très tôt présenter mes condoléances et celles de la Nation », a déclaré d’emblée le Président Macky Sall. Il souligne que tout le Sénégal partage ce deuil, et la disparition d’El Hadj Mame Bouh Kounta, Khalif Général de la khadrya au Sénégal, est une perte immense. « Il était d’une générosité sans commune mesure et il avait beaucoup d’affection pour moi », souligne le Chef de l’État, avant de révéler que la veille de son rappel à Dieu, la première Dame Marième Faye Sall avait entamé un processus pour l’évacuer à l’étranger.

LES PREMIERS MOTS DU NOUVEAU KHALIF
En attendant la cérémonie religieuse prévue le dimanche prochain, le nom du successeur de l’illustre disparu est désormais connu. Il s’agit de Cheikhal Bécaye Kounta dit Bécaye Bacaye. C’est parce qu’il porte le nom de son père Cheikh Bécaye, fils aîné du patriarche Cheikh Bouh fondateur de Ndiassane, décédé en 1922, donc l’année de naissance de l’actuel Khalif. D’ailleurs, après avoir présenté ses condoléances et celles de la Nation à la famille d’El Hadj Mame Bouh Kounta, le Chef de l’Etat Macky Sall a rendu une visite de courtoisie au nouveau Khalif. Pour la circonstance, note un membre de la famille, le nouveau Khalif a posé un acte rassurant en conviant tous les dignitaires de la famille de Ndiassane, de Ndakh Kounta, de Gouye Yatt et de Santhie, et en les présentant au Chef de l’Etat. Cheikhal Bécaye résidait jusqu’ici surtout à Thiès, au quartier Diakhao Souf. Il a fait ses études coraniques en Mauritanie avant de rejoindre Baye Niasse à Kaolack pour parachever sa culture islamique, et ce pendant 20 ans. Il préside désormais aux destinées de la famille Kountiyou en cette veille de Gamou, qui célèbre à Ndiassane le huitième jour de la naissance du Prophète Mohamed (PSL). D’une santé fragile et assisté par son médecin, le tout nouveau Khalif de Ndiassane et de la Tarikha Khadriya en Afrique a lâché ses premiers mots après le départ du Chef de l’Etat. Mais juste pour dire qu’il a délégué Serigne Abdourahmane Kounta pour délivrer le contenu de son premier message. Selon ce dernier, l’accession à la tête de la tarikha n’a jamais été un vœu du tout nouveau Khalif et cela ne lui a jamais traversé l’esprit. Mais pour lui, c’est la main de Dieu qui est passé par là. Il a appelé tous les talibés et musulmans de façon générale à s’inspirer chaque jour de l’exemple de «nos illustres devanciers, avant de prier pour la paix et la stabilité dans le pays».

( Toutinfo.net avev Mbaye SAMB )