REALISATION DE TRAVAUX DE 59 FERMES AGRICOLES ET AVICOLES: L’armp casse un marché de plus de 3 milliards du Papejf

Le projet d’appui à la promotion de l’emploi des jeunes et des femmes (papejf) est pris en flagrant délit de tricherie dans le cadre de la passation du marché relatif à la réalisation de travaux d’aménagement de 59 fermes agricoles et avicoles dans les régions de Dakar, thiès, Fatick, Kaolack Ziguinchor, Kolda et Sédhiou pour un montant de plus de 3 milliards.

Le Projet d’appui à la promotion de l’emploi des jeunes et des femmes (Papejf) devra revoir sa copie. Son marché constitué en trois lots pour la réalisation de travaux d’aménagement de 59 fermes agricoles et avicoles dans les régions de Dakar, Thiès, Fatick, Kaolack Ziguinchor, Kolda et Sédhiou a été cassé par l’Autorité de régulation des marchés publics (Armp). Il est reproché au Papejf d’avoir violé les textes en refusant de soumettre à la Direction centrale des marchés publics (Dcmp), qui fait le contrôle a priori, les nouvelles attributions.
En effet l’entreprise Sarsara construction, non contente d’être écartée des marchés, a saisi le Comité de règlement des différends (Crd) de l’Armp pour contester l’attribution provisoire du marché à d’autres entreprises, alors qu’elle présente l’une des meilleures offres. Le Papejf avait donné le lot n°1 à la compagnie marocaine de goutte à goutte et de pompage pour 1,362 milliard FCFA, le second lot pour un montant 1,753 milliard FCFA revient à Inkao, tandis que le Lot n°3 a été attribué à Rebotech pour 1,635 milliard FCFA.
Le Papejf justifie la mise à l’écart de l’entreprise Sarsara pour «non satisfaction des cri- tères de qualification portant sur le chiffre d’affaires, l’expérience spécifique et l’absence de Cv du personnel». En outre, le responsable de la cellule de passation des marchés du Papejf reconnaît que l’entreprise Sarsara est la moins disante, cependant elle n’a pas satisfait les critères de chiffres d’affaires de 3 milliards FCFA en plus de l’absence de production d’attestation de service de 1 milliard FCFA.
L’entreprise Sarsara conteste ces arguments en soutenant avoir présenté un chiffre d’affaires de 2,940 milliards FCFA comme requis dans l’appel d’offres et qu’elle était la seconde moins disante. Elle persiste et signe avoir produit les Cv du personnel qui ont été joints à l’offre.
A la suite de l’examen des dossiers des deux parties, le Comité de règlement des différends (Crd) constate que le montant prévisionnel du marché a dépassé le seuil. Aussi faut-il remarquer que la Dcmp avait donné son avis favorable au chiffre d’affaires de 1,616 milliard FCFA de Sarsara qui a été attributaire du lot n° 3.
Seulement, les régulateurs des marchés publics se sont rendu compte que le Papejf a voulu tricher, puisque les attribution provisoires, objet du recours de l’entreprise Sarsara devant le Crd, sont différentes de celles visées par l’avis favorable de la Dcmp. En réalité, relèvent-ils, le Papejf n’a pas soumis les nouvelles attributions à la Dcmp comme l’exigent les textes». Ainsi l’Armp annule le marché et ordonne la reprise de la procédure.

( Ousseynou BALDÉ et Toutinfo.net )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.