ISMAILA MADIOR FALL SUR LE PROCES DES THIANTACOUNES: « La tenue du jugement n’est pas de mon reste ssort»

Ce n’est pas demain la veille le procès de Cheikh Béthio thioune et compagnie, accusés du double meurtre de Keur Samba Laobé. Les thiantacoune risquent d’attendre encore avant d’être édifiés sur leur sort. hier, lors du lance- ment de la plateforme électronique pour l’enregistrement des entreprises, le ministre de la Justice, Pr Ismaïla Madior Fall a dégagé toute responsabilité sur la tenue du jugement.
Le procès des Thiantacounes sera-t-il tenu avant l’élection présidentielle du 24 février prochain? Cette question n’a toujours pas de réponse. Lorsqu’elle a été posée au garde des Sceaux, ministre de la Justice, ce dernier a maintenu le suspense. Le Pr Ismaïla Madior Fall qui était à Saly pour présider le lancement de la plate-forme électronique pour l’enregistrement des entreprises a soutenu qu’il n’en sait rien. «Il y a un calendrier de la justice qui a été programmé. J’ai lu dans la presse que le procès de Cheikh Béthio Thioune a été pro- grammé. Le Tribunal de grande instance qui vient d’être installé va voir quand est-ce que le procès sera tenue. Mais, ce n’est pas au ministre de la Justice de le programmer. La tenue du jugement n’est pas de mon ressort», a déclaré le garde des Sceaux. Ponctions des salaires des grévistes Interrogé sur la grève du Syndicat des travailleurs de la justice (Sytjust) qui a paralysé Thémis, Ismaïla Madior Fall soutient que l’Etat a fait des promesses, mais en dépit de cela, les grévistes persistent dans leur logique. C’est pourquoi, informe- t-il, des ponctions vont être opé- rées sur les salaires des grévistes. «Le SYTJUST est en grève depuis quelques temps, les syndicats ont le droit d’aller en grève, parce que c’est prévu par la loi. Ils nous ont présenté une plateforme sur laquelle, il y a l’augmentation de l’indemnité de judicature. Les demandes qu’ils ont formulées atteignent des montants importants. Nous sommes en dialogue, d’ailleurs, nous les avons reçus. Nous avons accepté d’augmenter l’indemnité de judicature qui a atteint parfois 200%. Nous avons espoir, mais la grève commence à durer et elle a des conséquences sur les justiciable. Fort heureusement, j’ai fait le point et j’ai constaté que la grève n’a pas entrainé une paralysie totale de la justice. Par contre, il y a des zones où l’on note un ralentisse- ment et parfois une paralysie. Nous comprenons leurs revendications. C’est pourquoi, l’Etat a réagi en mettant sur la table des propositions qui tiennent aussi des contraintes budgétaires de l’Etat. Nous laissons la porte ouverte au dialogue, mais il faudra noter que le nombre de jours de grève précomptés vont être prélevés de leur salaire», a averti le Garde des Sceaux.
ISMAÏLA MADIOR FALL : «LA GRÈVE DU SYtJUSJ N’A PAS ENTRAÎNÉ LA PARALYSIE DE LA JUSTICE»
Et pour ce qui est des conditions de travail jugées extrêmement difficiles au niveau du Tribunal de Grande Instance (Tgi) de Mbour, le ministre de la Justice fait son mea culpa. Toutefois, il estime que d’énormes efforts ont été consentis par les magistrats pour assurer le fonctionnement du Tgi. «Je suis allé au niveau du TGI de Mbour et j’ai vu que les conditions de travail ne sont pas faciles, mais le président et le procureur sont en train d’améliorer les conditions. Ils ont l’appui du ministère pour changer leurs conditions de travail», a promis
Ismaïla Madior Fall.
Revenant sur l’objet de la rencontre, il informe qu’«elle s’inscrit dans un programme de maillage de l’ensemble du territoire avec des plateformes électroniques où les citoyens peuvent faire enregistrer leur entreprise en quelques minutes». D’après le ministre, la plateforme a déjà été installée à Thiès, Pikine, Kaolack, Saint Louis, Mbour et la semaine prochaine elle va être implantée à Tambacounda.

( Toutin.net avec A.BAKHOUM )