RENCONTRE AVEC LES ETUDIANTS: Omar Péne prône la concertation avec le gouvernement

L’ambassadeur de bonne volonté auprès de la communauté estudiantine, Omar Pène a rencontré certains délégués d’étudiants, venus lui soumettre des doléances et évoquer avec lui, le suivi des engagements du gouvernement. Après avoir écouté ses hôtes, le chanteur a invité ces derniers à privilégier le dialogue à la confrontation.

Omar Pène reprend son bâton de pèlerin pour évier une nouvelle crise à la veille de l’ouverture de l‘année universitaire. L’ambassadeur de bonne volonté a reçu hier des représentants d’étudiants de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar. L’interprète du célèbre tube : «Etudiant» a d’emblée remercié les représentants des étudiants avant de leur lancer un appel pressant au dialogue. «La pacification de l’Université Cheikh Anta Diop ne peut se faire que dans la concertation», a martelé Omar Pène. Evoquant, le paiement des bourses, l’ambassadeur de bonne volonté auprès de la communauté estudiantine a suggéré aux étudiants d’être patients, en attendant la multiplication des points de paiement. «Le gouvernement ne peut pas multiplier les réseaux de transfert. Ce qu’il peut faire, c’est décentraliser l’unique réseau de Ecobank», a-t-il concédé. Attaché à la pacification de l’espace universitaire, Omar Pène a rassuré  ses hôtes à qui il a demandé de consigner l’ensemble de leurs revendications dans un mémorandum qu’il remettra aprésident de la République. «Je ne manquerai jamais de rapporter vos propos au Président. Tout ce qui nous incombe, c’est de trouver des solutions aux problèmes qui se posent», a juré l’ambassadeur de bonne volonté. Auparavant, Moustapha Ba, délégué des étudiants de la Faculté des lettres et sciences humaines (FLSH) a appelé les autorités à prendre leurs responsabilités. «L’Université Cheikh Anta Diop est une structure qui est différente des autres. Donc, le gouvernement doit prendre toutes les dispositions pour la bonne marche de cette structure», a-t- il lancé. En écho, Doudou Diouf, représentant de la Faculté des sciences économiques et de gestion (FASEG) a déploré le fait que «les autorités peinent à faire un suivi régulier de leurs engagements». Ce dernier, a particulièrement, insisté sur le déficit d’enseignants à l’Ucad, invitant le gouvernement à y remédier.

( Aminata GAYE avec Toutinfo.net )