Guinée: célébrations des 60 ans de l’indépendance avec de nombreux chefs d’Etat

 Ce mardi, la Guinée fête les 60 ans de l’indépendance du pays. Un anniversaire célébré comme il se doit, en présence de plusieurs chefs d’Etat étrangers lors d’une grande cérémonie au stade de Conakry, là où 9 ans plus tôt les militaires avaient ouvert le feu sur un rassemblement de l’opposition faisant une centaine de morts. Au programme : un concert, un feu d’artifice et un défilé militaire.

C’est une ambiance des grands jours dans le quartier de Dixinn dans la proche banlieue de Conakry. Des milliers de personnes déferlent depuis le matin et ont envahi le stade mythique du 28-Septembre. L’ambiance est festive. Il faut dire que les Amazones et le Bembeya Jazz sont deux orchestres mythiques de la Ière République, chargés de chauffer le stade.

Cette foule est majoritairement jeune et chante et danse au rythme endiablé des orchestres guinéens. Beaucoup de drapeaux rouge-jaune-vert flottent au-dessus des arbres, cocotiers et autres acacias, qui entourent l’enceinte du stade. Le thème est panafricaniste puisque les portraits de héros de la décolonisation ornent le stade : Lumumba, Nyerere ou encore bien sûr, Ahmed Sékou Touré, le premier président de la République qui reste une figure tutélaire en Guinée.

Boycott de l’opposition

Lors de la cérémonie, le président guinéen Alpha Condé était aux côtés de ses homologues africains qui ont fait le déplacement à Conakry : Idriss Déby, Denis Sassou-Nguesso, Macky Sall, Ibrahim Boubacar Keïta ou encore Ali Bongo. Après la grande parade, impliquant forces de défense et de sécurité, ainsi que différents services de l’administration, sont prévus un grand concert et un feu d’artifice.

Des cérémonies boycottées par l’opposition. En effet, elles se déroulent dans le stade du 28-Septembre, lieu des évènements tragiques de 2009, lorsque l’armée a ouvert le feu sur un rassemblement de l’opposition, faisant une centaine de morts.

( Avec rfi )