INTERPELLE PAR LA BRIGADE DE LUTTE CONTRE LA CYBERCRIMINALITE:Le gang a séquestré, torturé et dépouillé un célèbre marabout

La Division de lutte contre la cybercriminalité a encore frappé un grand coup en démantelant une bande d’escrocs qui opérait via le net. Ils avaient jeté leur dévolu sur un marabout de renommée internationale, qu’ils ont escroqué, séquestré, torturé, dépouillé de ses véhicules, son argent, ses marchandises…

Un célèbre marabout, connu
hors de nos frontières, a été victime des agissements d’un gang bien organisé mais qui est finalement tombé dans les filets des hommes du Commissaire Aissatou Fall, de la Division de lutte contre la cybercriminalité. Ils ont été conduits devant le Procureur hier, mardi 25 Septembre 2018, pour escroquerie, association de malfaiteurs, séquestration, torture, extorsion de fonds, vol.
Les suspects, qui sont sept (cinq ont été interpellés et les deux sont en fuite) avaient chacun un rôle bien précis : établir le contact, louer la chambre d’hôtel, exercer les sévices, voler les voitures, les vendre, etc.
Ils ont commencé par prendre contact avec le marabout qui n’y a vu que du feu, puisqu’ils l’ont rassuré en lui disant que c’est quelques talibés (connus du plaignant) qui vivent en Europe qui leur ont donné ses coordonnées. Puis, ils déclarent être des émigrés à Dakar pour quelques jours et qui ont besoin de ses prières, voyances, talismans et bains mystiques. Ce qui était dans les cordes du marabout qui a séjourné dans un hôtel près d’une plage à Dakar. Dès qu’ils le mettent entre quatre murs, ils le torturent, le filment et menacent de divulguer une vidéo de leurs sévices dans les réseaux sociaux. Loin de s’en tenir là, ils parviennent à lui voler ses deux véhicules, ses téléphones-portables, de la marchandise qu’il devait écouler, etc. Une fois leur forfait accompli, ils l’abandonnent à son sort et se fondent dans la nature. Saisie, la Division de lutte contre la cybercriminalité ouvre une enquête. L’exploitation de quelques données numériques permet d’interpeller un premier suspect, puis les quatre autres. L’enquête se poursuit.

( Hadja Diaw GAYE avec Toutinfo.net )