Rwanda : Libération anticipée pour l’opposante Victoire Ingabire Umuhoza

Le président rwandais Paul Kagame vient d’accorder une remise de peine à l’opposante emblématique Victoire Ingabire, incarcérée depuis 2010 alors qu’elle entendait se présenter à l’élection présidentielle.

L’opposante rwandaise Victoire Ingabire Umuhoza, présidente du FDU-Inkingi, doit être libérée samedi matin, 15 septembre, ainsi que le chanteur Kizito Mihigo, ont confirmé à Jeune Afrique des sources officielles rwandaises. La première, emprisonnée depuis 2010, avait été condamnée à 15 ans de prison en 2015. Kizito Mihigo, détenu depuis 2014, avait lui écopé de 10 ans d’emprisonnement en 2015.

Ces libérations anticipées ont été décidées lors d’un conseil des ministres présidé par Paul Kagame le 14 septembre. Selon un communiqué du ministère rwandais de la Justice, 2 138 autres condamnés éligibles ont également bénéficié de cette mesure.

Surnommée par ses partisans « la Aung San Suu Kyi » rwandaise, Victoire Ingabire avait été condamnée pour « conspiration contre les autorités par le terrorisme et la guerre, minimisation du génocide de 1994 et propagation de rumeurs dans l’intention d’inciter le public à la violence ».

Polémique

Rentrée au Rwanda en janvier 2010, après une quinzaine d’années passées aux Pays-Bas, Victoire Ingabire avait, dès son arrivée, créé la polémique lors d’une intervention tenue au Mémorial de Gisozi, à Kigali, dans laquelle elle renvoyait dos à dos le génocide perpétré contre les Tutsi en 1994 et les tueries commises contre les Hutu au Rwanda puis au Congo par l’Armée patriotique rwandaise.

Un discours passible de poursuites au Rwanda, au titre des lois réprimant le « divisionnisme » et le négationnisme.

Quelques mois plus tard, elle était par ailleurs poursuivie pour avoir trempé dans la mise sur pieds d’une rébellion armée visant à déstabiliser, voire à renverser, le régime rwandais.

Candidate

A son retour, Victoire Ingabire avait annoncé son intention de se présenter à la présidentielle d’août 2010, où elle entendait défier Paul Kagame dans les urnes. Les poursuites judiciaires intentées contre elles ont donc été jugées par ses partisans, comme par plusieurs organisations de défense des droits de l’homme, comme une tentative de museler une opposante.

Une version contestée par les autorités de Kigali, et notamment par   L’ancien procureur Alain Mukuralinda, auteur d’un livre exposant les griefs pesant sur la condamnée.

Selon une source officielle rwandaise, « Victoire Ingabire a déposé plusieurs demandes successives sollicitant une grâce ». Si elle n’avait pas encore accompli les deux tiers de sa peine, condition requise pour bénéficier d’une libération anticipée, « elle a bénéficié d’une grâce présidentielle, conformément à la Constitution. »

Jeune Afrique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.