Dj Awady et Mamadou Baal cités dans une affaire de construcption illégale: CONSTRUCTION DE COMPLEXE CULTUREL

Les populations de la commune de Grand-Dakar, par la voix de leurs deux conseillers municipaux Djiby Diouf et Mamadou Ndongo, se sont élevés contre la construction d’un complexe culturel. Les deux élus accusent le maire, Jean Baptiste Diouf, l’ancien directeur de la télévision nationale Mamadou Baal et le rappeur Dj Awady d’être derrière la construction du bâtiment qui obstrue la route principale de Grand-Dakar.
Le fait de transformer le «Cinéma Liberté» tombé dans la désuétude en un complexe culturel devrait être une bonne nouvelle pour la population de Grand- Dakar, mais c’est tout le contraire qui prévaut. Très en colère, les populations trouvent que la construction de ce com- plexe obstrue la route principale
du quartier. «Nous sommes inquiets parce que la route principale qui permettait aux habitants de Grand-Dakar de sortir vers la grande voie de Bourguiba est inaccessible et pour cause, la construction d’un complexe culturel», se plaint Mamadou Ndongo, conseiller municipal de la commune de Grand-Dakar. A l’en croire, «ce complexe appartient à Mamadou Baal, DJ Awady et un certain Marc. Il empiète sur le domaine public et la voie de dégagement qui nous permettait, en venant du stade Demba Diop, de rejoindre Grand-Dakar».
Poursuivant ses complaintes, il indique qu’il a écrit au préfet et au maire de Grand-Dakar pour attirer leur attention. «Si le préfet a eu la courtoisie de nous rece- voir et d’écouter nos doléances, le maire Jean Baptiste Diouf, lui, est resté sourd à nos sollicitations», se désole M.Ndongo.
D’après lui, le maire a soutenu que le promoteur du nom de Marc a décaissé la somme de 200 millions F cfa qui se trouve à la Caisse de Dépôts et de Consignation (CDC) et que tous les dommages liés à ces travaux seront remboursés.
A l’en croire, les gages donnés par le maire Jean Baptiste Diouf ne cadrent pas avec la réalité sur le terrain. Dénonçant le laxisme du maire, M.Ndongo tient à préci- ser que cette affaire n’a rien à voir avec les positions politiques. «Nous allons combattre la construction de ce complexe de manière légale. Qui ne dit mot consent dit l’adage, je suis sur que le maire est de mèche avec les promoteurs», affirme-t-il. Avec l’acte 3 de la décentralisa- tion, c’est au maire que revient désormais la prérogative de délivrer les permis de construire. «S’il n’était pas d’accord avec cette construction, il aurait enclenché le combat, ou même fait appel aux services d’un huissier pour un constat, car il est le premier magistrat de la com- mune», martèle Djiby Diouf, éga- lement conseiller municipal. «Nous n’avons rien contre la construction du complexe, mais n’accepterons pas que ces gens nous empêchent de circuler librement. Et s’il y a une personnalité derrière ce projet de construction, le maire doit nous en informer. De notre côté, nous le combattrons», affirme le sieur Diouf. Il révèle que Mamadou Baal et Dj Awadi sont impliqués dans ce projet qu’il qualifie de «nébuleux».

(Mamadou Mbakhé NDIAYE et Toutinfo.net)