PROCESSUS ELECTORAL: L’opposition dans la rue de Pikine ce dimanche

Une délégation conduite par le député Mamadou lamine diallo a rencontré hier l’ambassadeur des etats-unis. a cette occasion, le président du mouvement tekki a annoncé que l’opposition organisera une marche le dimanche 12 août à pikine.

Accompagné de Omar Sarr du Pds et de Saliou Sarr de Manko Taxawou Ndakarou, Mamadou Lamine Diallo a été reçu hier
l’ambassadeur des Etats Unis à Dakar à qui il a exposé tous les griefs que l’opposition fait à Macky Sall et son régime. Ainsi après l’archevêque de Dakar et le représentant de l’Union Européenne, c’était au tour de l’ambassadeur Tulinabo Salama Mushingi de recevoir les complaintes de l’opposition sur le processus électoral. Dans cette imposante ambassade nichée au cœur des Almadies, le Front national de résistance (Fnr) s’est entretenu pendant deux tours d’horloge avec son excellence Tulinabo Mushingui.
Le député Mamadou Lamine Diallo qui a porté la voix du FNR a soutenu à la fin de l’audience que «l’ambassadeur a demandé si l’opposition était disposée à dialoguer avec Macky Sall sur le processus électoral». A l’en croire, c’est une question qui les ravit. «L’opposition a toujours estimé que le dialogue est toujours nécessaire comme cela a toujours été le cas au Sénégal. Il n’y a que Macky Sall qui l’a rompu avec sa majorité et le parrainage », a-t-il déploré. Il a par ailleurs souligné que l’opposition est prête à dialoguer sur le processus électoral mais à des conditions. «Si l’on trouve un consensus, ou des mesures à prendre, que le président de la République les applique illico. Par contre, nous ne voulons pas d’un accord sans suite » a souligné le président du mouvement Tekki tout en rappelant que «le Code de 1992 a été fait avec le soutien des Etats-Unis et dans le dialogue pour avoir une
démocratie apaisée. Les Etats- Unis ont toujours joué un grand rôle », a ajouté M. Diallo.
Sur le bilan à mi-parcours des tournées de sensibilisation sur la question électorale, il a répondu que «le Front ne sera satisfait que le jour où il y aura un processus apaisé et transparent». «Et c’est extraordinaire
parce que c’est la première fois que des candidats n’ont pas accès au fichier électoral, ce qui est inacceptable», a-t-il fulminé, en revenant sur les propos du ministre de l’Intérieur qui avait ouvertement déclaré « qu’il est là pour réélire le président Macky Sall ».

( Mamadou Mbakhé NDIAYE « L’AS » et Toutinfo.net )