PRéSIDENTIELLE DE 2019 : L’opposition expose à l’ue les huit stratégies de fraude de macky sal

Après les chefs religieux, les leaders de l’opposition réunis sous le Front pour la Résistance Démocratique (FRD) étaient hier dans les locaux du siège de l’Union Européenne à Dakar pour rencontrer les diplomates. Les discussions onttourné autour des différentes stratégies de fraude mises en place par le président de la République Macky Sall pour être réélu en février 2019 qu’ils ont réparties en huit phases parmi lesquelles la modification de la constitution, celle du code électoral, le parrainage, l’emprisonnement de candidats et le maintien d’un militant de l’APRau poste de ministre de l’Intérieur.

Les diplomates représentant les pays de l’Union Européenne ont reçu hier les leaders de l’opposition dans la série de rencontres qu’ils ont initiées depuis plusieurs mois. Devant les diplomates de l’UE, ils ont présenté leur plate-forme qui est le Front pour la Résistance Démocratique (FRD). Pour Habib Sy, porteparole de cette structure réunissant des chefs de partis de l’opposition, le but de cette rencontre était d’échanger avec les représentants de l’UE de la situation du pays. Ils ont ainsi présenté ces huit phases qu’ils considèrent comme étant les armes que veut utiliser le président de la République pour passer à la prochaine présidentielle de février 2019. « Sachant qu’il est quasiment impossible qu’il soit réélu en 2019, Macky Sall et sa bande ont mis en place une stratégie de fraude selon l’ancien ministre sous le régime d’Abdoulaye Wade. ALERTE ET vEILLE Il soutient que tout cela constitue un danger pour le Sénégal et le pays est menacé. Mais, selon toujours Habib Sy, les Sénégalais ne vont pas se laisser faire. «C’est pour cette raison que nous sommes venus ici nous entretenir avec les diplomates qui vont sans doute jouer leur rôle historique d’alerte et de veille », dit-il. C’est ce qui nous permettra d’avoir des élections apaisées, libres et transparentes. Des diplomates de l’UE, Habib Sy et ses camarades attendent qu’ils se comportent de la même manière qu’en 2012, lors des dernières présidentielles. «Après avoir fait une centaine d’observations, nous étions obligés de les respecter pour avoir des élections libres.Nous pensons qu’ils ne vont pas faire moins que ce qu’ils ont réalisé en 2012», a lancé l’ancien ministre. Les membres du Front pensent également que leur message sera transmis au président de la République afin qu’il rectifie le tir avant qu’il ne soit trop tard. Mamadou Diop Decroix, Oumar Sarr, Mamadou Lamine Diallo et Mamadou Lamine Mansaly étaient présents à cette rencontre.

Toutinfo