OUTRAGE A MAGISTRAT cheikh Bamba Dièye convoqué à la Dic, ce matin

Un nouveau feuilleton politico-judiciaire va s’ouvrir, ce samedi, avec la convocation de Cheikh Bamba Dièye à la Division des investigations criminelles (DIC) à 9 heures. Mais des sources judiciaires renseignent que la convocation du député du Fsd/Bj est nulle dans la mesure où le principal concerné est couvert par l’immunité parlementaire. En outre, la flagrance visée par le pouvoir ne tient plus, parce que la déclaration est passée.

On croyait que le régime de Macky Sall avait tourné la page de la virulente sortie du député Cheikh Bamba Dièye contre les magistrats, en l’occurrence les juges Demba Kandji et Malick Lamotte. Que nenni. Après la réplique musclée du ministre de la Justice Ismaëla Madior Fall qui assimile le leader du Fsd/Bj à un «irresponsable», le pouvoir a actionné la machine judiciaire pour faire arrêter Cheikh Bamba Dièye. En effet, le parlementaire est convoqué aujourd’hui à 9h 30 à la Division des investigations criminelles (DIC). Le procureur de la République qui l’a fait convoquer vise le délit d’outrage à magistrats pour l’envoyer en prison. En effet, lors d’un meeting organisé par des sympathisants de Khalifa Sall, l’ancien maire de Saint Louis avait traité les juges Malick Lamotte et Demba Kandji de «corrompus». Seulement, la procédure enclenchée par les autorités judiciaires risque de se heurter à l’immunité parlementaire dont bénéficie Cheikh Bamba Dièye. Selon des sources judiciaires, on ne peut pas poursuivre le député sans l’autorisation de l’Assemblée nationale. Donc, le N°1 du Fsd/Bj ne peut pas déferrer à une convocation de la police. Tout comme, il ne peut pas faire l’objet d’un mandat d’amener sans l’autorisation du bureau de l’Assemblée. Nos interlocuteurs précisent qu’un député ne peut être poursuivi qu’en cas de flagrants délits. Et dans l’affaire en question, le flagrant délit ne peut plus prospérer parce que l’acte visé a eu lieu depuis plusieurs jours maintenant. Donc, ajoutent nos interlocuteurs, la flagrance ne tient plus la route. D’ailleurs, d’après des sources de «L’As», l’entourage de l’ancien maire de Saint Louis lui a conseillé de ne pas déférer à la convocation de la Brigades des affaires générales. Mais en fin politique, Cheikh Bamba Dièye ne boudera pas le plaisir de revenir au devant de la scène à quelques mois de la présidentielle. Une belle occasion de devenir un plan B crédible des Khalifistes au cas où le maire de Dakar est disqualifié. Maintenant, il reste à savoir si le pouvoir va tenir compte de l’immunité parlementaire du concerné pour annuler la convocation. Ou bien, ira-t-il jusqu’au bout pour faire payer à Cheikh Bamba Dièye sa déclaration, en activant l’Assemblée nationale afin qu’elle donne son feu vert pour l’audition du député. En tout cas, c’est parti pour un nouveau feuilleton politico-judiciaire qui va alimenter les débats.