OUSMANE SY, NOUVEAU PATRON DE LA POLICE: un homme de poigne et de rigueur

Premier Directeur général adjoint (Dga) à être promu Directeur Général de la Police nationale (Dgpn), Ousmane Sy remplace Oumar Maal admis à faire valoir ses droits à une pension de retraite à compter du 1er septembre 2018. Cependant, sa nomination ne surprend aucunement. Vu son profil, c’est un choix qui coule de source.

Comme annoncé par «Toutinfo.net» en exclusivité, le contrôleur général de Police Ousmane Sy a été promu Directeur général de la Police nationale (Dgpn) par le Président Macky Sall. Né le 1ier Juin 1963 à Saint- Louis, il est entré à l’Ecole de Police à l’âge de 23 ans, avec la 23ème promotion comme officier de paix. Il a été commandant de compagnie à plusieurs reprises, avant de devenir chef de corps du Groupement mobile d’intervention (Gmi), Conseiller technique au ministère de l’Intérieur durant le magistère de Léopold Diouf. En 2014, sous Anna Sémou Faye, il a été promu Directeur général adjoint (Dga). Nos sources signalent que le nouveau Dgpn a été dans le lot des quatre premiers contrôleurs généraux, du temps d’Abdoulaye Daouda Diallo, avec Satako Diop et Abdoulaye Diagne. Le natif de Saint-Louis a été aussi été Commandant opérationnel à la Police centrale, sous les ordres du Commandant Léon Diédhiou dans les années 1990.

L’inspecteur général est sorti du Prytanée Militaire, ce qui lui vaut le surnom «l’enfant» (de troupe) de la part de certains de ses proches. Il est de la même promotion au Prytanée que Birane Wane (Corsair) et du maire de Dakar-Plateau Alioune Ndoye. Il est décrit comme un homme de forte personnalité, direct, un intellectuel de haute facture, dou- blé d’un «homme de poigne et de rigueur, apte au commandement». Détails non négligeables, le Dgpn Ousmane Sy est le premier Dga à être passé Dg, le premier officier de paix promu à ce poste. En général, on choisit dans le lot des Commissaires de Police Directs (Saliou Diallo, Codé Mbengue,
Abdoulaye Niang, Anna Sémou Diouf) ou professionnels (Assane Ndoye, Léopold Diouf).
Père d’une demi-douzaine de bouts de bois de Dieu, il a perdu sa seconde épouse en août 2016, une perte qui l’a beaucoup affecté.
En 2011, sous Wade, alors qu’il dirigeait le corps du Gmi, il a été «coincé» à l’Assemblée Nationale par un groupe de manifestants. «Au péril de sa vie, en compagnie d’une poignée d’hommes, il a défendu l’hémycicle le fameux 23 Juin 2011. Il y avait l’élève commissaire Jean Claude Sagne et l’agent de Police Pathé Boye», révèle notre interlocuteur.
Toujours à en croire nos sources, Ousmane Sy n’a jamais fait de lobbying pour passer Directeur général. Il est pour respect de la hiérarchie et est très lié à ses anciens camarades enfants de troupe. Ousmane Sy accepte et reconnaît le mérite ou la valeur de l’autre, qu’il soit plus ou moins gradé. Il compte révolution- ner, au sens progressif du terme, la corporation policière. Nos sources révélaient dans une précédente édi- tion, qu’après le départ d’Anna Sémou Faye, la Présidence de la République avait flanché sur le pro- fil d’Ousmane Sy, mais ce dernier avait décliné la proposition et jugé mieux de s’effacer pour laisser Maal qui est son aîné de cinq ans, prendre le fauteuil.

 

Hadja Diaw GAYE et Toutinfo.net )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.