Macky Sall sur la menace terroriste: «Si le Sahel et le Bassin du lac Tchad sont déstabilisés, tout le continent africain l’est aussi»

Réactions du président Macky Sall devant la menace terroriste au Sahel et le Bassin du lac Tchad lors du Sommet conjoint Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (Ceeac)/ Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao à Lomé.

« Le Sommet conjoint Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (Ceeac)/ Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) a regroupé au total plus de 26 pays autour de la thématique: «Paix, sécurité et lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent». Cette rencontre montre à quel point les pouvoirs publics et les chefs d’Etat eux-mêmes ont pris conscience que pour lutter contre le terrorisme et l’insécurité, il faut une coopération régionale, puisque la lutte contre le terrorisme déborde nos frontières et que sont nécessaires des législations appropriées entre Etats et une synergie d’action entre nos services contre ce fléau qui est en train de déstabiliser nos pays. Depuis quelques temps, le Sahel et le Bassin du lac Tchad sont le théâtre d’actions violentes, avec Boko Haram en particulier. Cette situation impactant sur toute la région, c’est dire donc que si ces deux régions (Sahel et Bassin du lac Tchad) ne sont pas en paix, c’est tout le continent africain qui est déstabilisé, et du coup, tous nos efforts de développement seront annihilés. Et malheureusement, tous les efforts qui devaient servir aux infrastructures de développement sont aujourd’hui orientés vers les dépenses militaires. C’est donc un impact très négatif. Et nous avons voulu mettre en synergie nos actions. Le Forum de Dakar montre la pertinence du sujet sur la sécurité en Afrique. Ce Forum est soutenu par l’Union Africaine, la Cedeao, l’Onu et différents partenaires. Tous viennent échanger avec des chefs d’Etat et des universitaires sur l’intégrisme rampant et la propagande djihadiste et proposer des solutions. Mais, il n’y avait pas que ce Sommet sur la sécurité à Lomé. Il y avait aussi une rencontre de la Cedeao pour choisir le Président de la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement, mais aussi un sommet de l’Uemoa sur nos perspectives financières. L’Uemoa, la Cedeao et l’Ua sont financées par le prélèvement communautaire de solidarité. Le Sénégal contribue pour 1,7% de ses importations à ces trois organisations. C’est beaucoup. Pour l’Uemoa, ce prélèvement étant de 1% des importations, il était nécessaire de décélérer un peu pour le conformer soit à celui de la Cedeao qui est de 0,5%, soit à celui de l’Union africaine qui est de 0,2%. Il y avait aussi les reformes de la Cour de justice de l’Uemoa. Des orientations précises ont été données sur toutes ces thématiques.

Toutinfo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.