MANQUE D’UNITE AU SEIN DE LA COALITION PRESIDENTIELLE me moussa Diop solde ses comptes avec les leaders de BBy

Samedi dernier, l’avocat et leader du parti Alternative génération/Jotna a procédé à l’inauguration de son quartier général à Podor. A l’occasion, Me Moussa Diop a vertement critiqué le fonctionnement de la coalition présidentielle qui, soutient-il, manque d’unité.

A en croire Me Moussa Diop qui ne mâche pas ses mots, l’unité n’est que de façade dans la coalition Benno Bokk Yaakaar (BBY). Il a indiqué avoir joué, pendant longtemps, le rôle de sapeurs pompiers en calmant les ardeurs des militants et autres alliés en rage contre la coalition avec des menaces de vote-sanction. Ce, malgré un manque de considération notoire des responsables de la coalition contre son parti. «J’ai préféré me taire jusque-là, mais l’heure est venue de dire que je n’ai pas été ni informé, ni associé à la confection des listes électorales lors des dernières élections législatives alors que je suis le principal allié du régime dans le département de Podor. C’est un manque de respect à mon parti, à ses alliés et autres souteneurs. Nous sommes dans Benno Bokk Yaakaar. Mais cela ne veut pas dire Benno Kou Nek Bokh Sa Yaakaar», a-t-il fulminé; dénonçant ainsi un certain égoïsme de la part des leaders de la coalition. Continuant de dénoncer un manque de considération à son égard, Moussa Diop soutient qu’il n’a pas été informé ni convié à la «Nuit de l’Emergence» qui s’est tenue samedi dernier à Saint-Louis. Un ministre d’Etat l’a appelé, dit-il, pour qu’il annule son évènement à Podor (Sargal Macky Sall ak Moussa Diop). Ce qu’il a refusé soutenant que ce qu’il fait dans sa ville est plus important que d’aller dans des diners et autres mondanités. «Nous travaillons pour Macky Sall. C’est pourquoi, nous allons vers les populations. Nous avons invité tous les maires du département à notre évènement y compris Aissata Tall Sall. Mais est-ce que vous les avez vus ? Pire, personne ne m’a jamais invité lors d’une manifestation. Je ne connais pas la marche du serpent. Les choses doivent se dire ou laisser se dire tout seul», a martelé Me Diop. Il invite les tenants du régime à se regarder dans la glace et aller dans une même direction au lieu de jouer à un double jeu. «Il faut que l’on soit uni. Il faut mettre fin aux querelles intestines. Qu’on aide le Président Macky Sall à finir ses deux mandats et ses réalisations. Qu’on arrête de se chamailler de se verser de l’acide surtout pendant un ziarr. Cela suffit. Qu’on sache que c’est Macky Sall qui a actuellement les rênes du pays. Après Macky Sall, chacun aura le temps de montrer sa force», affirme le directeur général de Dakar Dem Dikk. AFFAIRE KHALIFA SALL : «EN TANT qU’HOMME POLITIqUE, JE NE SOUHAITERAIS PAS êTRE LIBéRé SUR UN vICE DE PROCéDURE» Me Moussa Diop ne cesse de renouveler sa loyauté à l’endroit de Macky Sall qu’il a commencé à accompagner depuis 2012 à travers la coalition Macky 2012. «C’est grâce à cette coalition que Macky Sall est arrivé au pouvoir. Nous avons été les premiers à avoir confiance en lui, à une époque où le pays se trouvait sur un virage dangereux. Abdoulaye Wade, élu démocratiquement par le peuple, a voulu transmettre le pouvoir à son fils, au lieu de le redonner au peuple, seul souverain. C’est pourquoi, il faut avoir la confiance des pairs. C’est mieux que d’avoir confiance de son père. Quand on veut diriger le Sénégal, il faut aller à la rencontre des citoyens sénégalais pour le conquérir de la façon la plus légitime», a-t-il indiqué. Poursuivant ses attaques contre l’opposition, le Dg de Ddd a soutenu que celle-ci n’a qu’un seul programme : «On a arrêté celuici, on a libéré celui-là.» Pour lui, quiconque est interpellé pour une faute de gestion ou un détournement de deniers publics est tenu de répondre devant la justice afin que celle-ci décide de l’opportunité ou non de sa mise en liberté. «En ce qui me concerne, en tant qu’homme politique, je ne souhaiterais pas, au cas où je serai poursuivi pour de tels faits, qu’on me libère en se basant sur un vice de procédure. Je préfère qu’on me libère au fond. Quand on est vraiment innocent, on ne doit pas craindre d’aller au fond du dossier. Pour pouvoir diriger ce pays, il faut avoir les mains propres», a-t-il déclaré faisant allusion à Khalifa Sall incriminé dans l’affaire de la Caisse d’avance de la ville de Dakar. Par ailleurs, le leader d’AG/Jotna a attiré l’attention des Podorois sur l’imminence du scrutin présidentiel. «On va vers des élections. Et pour redonner confiance au Président Macky Sall et lui donner un second mandat, nous invitons les populations de Podor et du Sénégal en général à bien distinguer ceux à qui nous attribuons notre signature pour le parrainage. Il faut vous rapprocher des vrais souteneurs de Macky Sall et non de ceux qui le soutiennent que de nom. Allez vers ces gens, ils vont vous montrer la vraie voie », a-t-il assuré. Sur l’opportunité du parrainage, il soutient que les législatives de 2017 suffisent comme jurisprudence avec les 47 listes enregistrées lors de ce scrutin. «Quelqu’un qui ne peut réunir 65 000 parrains ne mérite pas qu’on lui tire 7 millions de bulletins», clame Me Moussa Diop.

Toutinfo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.