Présidentielle 2019: Robert Bourgi favorable à Macky-Khalifa et contre Karim-Idy

À  7 mois de la présidentielle 2019 au Sénégal, l’avocat homme d’affaire franco-sénégalais  Robert Bourgi revient sur les avantages et du président Macky Sall et les menaces et faiblesses de l’opposition à savoir Khalifa Sall, Idrissa Seck et Karim Wade… 

« Macky sera réélu »
« Je ne prétends pas avoir de l’infaillibilité pontificale, mais je pense que le Président sera réélu. C’est mon sentiment. Je vois pas mal de Sénégalais, je discute souvent avec eux au téléphone. Je m’attache beaucoup à ce qu’on dit. Je ne pense pas qu’il sera battu. Je pense qu’il fera un second mandat.

Idy et les lobbies français
« Il pense pouvoir forcer les portes de la victoire en passant par des intermédiaires en France. Lorsqu’il vous lira, Idrissa Seck se rendra compte que je suis un homme assez bien informé de ce qu’il fait en France et des gens  qui travaillent pour lui.

Ce sont des intellectuels français, je dirais que ce sont des germanopratins, ceux qui croient refaire le monde, en étant assis dans les cafés du quartier latin, se disant philosophes. Il est dans l’erreur, car ce sont les Sénégalais qui comptent. On a vu ce qu’ont donné des élections préparées par l’extérieur.

La manière dont il veut préparer l’échéance présidentielle, en voulant s’appuyer sur les relais qu’il a en France, je considère cela comme une erreur, voire une faute. Il faut connaître la réalité politique sénégalaise et cela échappe aux critères de compréhension de l’Occidental, du Français.

Je lui conseillerais d’intégrer la famille politique du Président et d’y apporter sa force. (…) C’est le conseil que je lui donnerais parce qu’il va au-devant d’un échec; je le pense, il sera battu.

« Karim, s’il se présente, je peux le battre »
« Si Karim Wade a pour idée de se présenter un peu plus tôt, un peu plus tard, à la magistrature suprême, je peux moi-même le battre. (…) Je le connais tellement, ce garçon. Il est moins sénégalais qu’un étranger dans ce pays. Il est le fils de son père, mais il n’est pas sénégalais. Je ne pense pas qu’il parle la langue, même s’il l’affirme. Il dit qu’il a appris à être musulman, soit on l’est soit on ne l’est pas. Je pense qu’il parle le wolof comme vous parlez le russe. J’ai 73 ans, je ne sais pas si je vivrais longtemps, mais je ne verrais pas Karim Président.

Khalifa Sall : « Sans ses problèmes, serait… »
« Khalifa, s’il n’y avait pas eu ces problèmes, serait un adversaire plus conséquent pour le Président Macky Sall que Karim Wade et Idrissa Seck. Mais pas maintenant. Je ne vois pas le Président Macky Sall être battu, Je ne l’imagine pas. (…) Sur le plan politique, de la pesée politique, Khalifa Sall, ferait un meilleur candidat que Karim, qui ne peut même pas être candidat pour moi. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.