PR FARY SILATE KA, PRESIDENT DE TABITAL PULAAGU «le monde assiste dans l’indifférence à des opérations de massacres ciblés contre les peulhs au Mali»

L’Association pour la renaissance du Puular-Tabital Pulaagu Sénégal (Arp-Tps) est révoltée par les exactions commises contre les peulhs du Mali. par la voix de son président, pr Fary Silate Kâ, Arp-Tps appelle les autorités sénégalaises à intervenir.

La situation de conflit qui sévit au Mali inquiète la communauté puular du Sénégal, plus particulièrement l’Association pour la renaissance du puular-Tabital pulaagu Sénégal (Arp-Tps). Le Pr Fary Silate Kâ et ses camarades ont fait face à la presse pour déplorer cette situation et demander aux autorités sénégalaises d’intercéder auprès de leurs pairs pour que cessent les massacres contre les peulhs du Mali. Selon Pr Fary Silate Kâ, peu de personnes maitrisent les tenants et les aboutissants de la crise politico-militaire sans précédent qui prévaut au Mali depuis sept ans. «Ce sont les populations civiles qui en paient généralement le prix. Il s’agit singulièrement des populations du Centre, de la zone du Macina. Le Macina est au Mali ce que le Fouta Toro est au Sénégal. Le monde entier entend, voit et assiste avec émoi, parfois dans l’indifférence totale, à des opérations de massacres ciblés contre une seule des ethnies du Mali : la communauté peulh ou fulbe», peste le président de l’Arp-Tps. Les peulhs du Mali sont victimes de meurtres, de destructions d’habitations par le feu, de razzias de bétail, entre autres. «Notre association exprime sa vive préoccupation par rapport à cette situation inédite qui convoque tout à la fois la sécurité humaine et le respect imprescriptible des droits de l’homme. Nous voulons que les autorités du pays intercèdent auprès de leurs pairs de l’Afrique en passant par la voie diplomatique», clame le Pr Kâ. Mais en attendant, lui et ses camarades demandent aux médias de les aider à faire entendre leur voix et faire entendre raison à la communauté internationale comme l’Ua, la Cedeao et le Conseil de sécurité de l’Onu. «Notre vœu le plus cher est de voir la paix revenir au Mali et dans l’ensemble de la sous-région. Aucune partie de cette Afrique meurtrie n’a besoin de ce type de situation. Nous demeurons convaincus en effet que les conflits ethno-communautaires et autres fléaux génocidaires ne feront qu’enfoncer davantage l’Afrique dans la misère, la désolation et l’arriération socioéconomique. Il faut que cela cesse», martèle-t-il avant d’appeler toutes les organisations de défense des droits de l’homme d’ici et d’ailleurs, à se joindre à l’Arp-Tps pour dire halte aux massacres ciblés des fulbe au Mali.

Toutinfo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.