VOL AVEC VIOLENCE DANS UN «CAR RAPIDE» les agresseurs dépouillent les passagers et disparaissent avec l’apprenti et le chauffeur

Le 16 Juin 2018, vers 21 h, armés de couteaux, sept agresseurs ont attaqué une vingtaine de passagers dans un véhicule de transport en commun de type «car rapide». Après les avoir dépouillés de leurs téléphones portables et de leur argent, les voleurs sont partis avec le chauffeur et l’apprenti.

On aura tout vu ! Au vu et au su de tous les témoins de la scène insolite, une bande de sept agresseurs, après avoir pris d’assaut un «car rapide», a dépouillé la vingtaine de passagers, avant de disparaître avec le chauffeur et l’apprenti. Au bout de quelques mètres, ces derniers ont été interpellés par les éléments du Commissariat de Pikine, pendant que les autres se sont fondus dans la nature. Les faits se sont déroulés le 16 Juin 2018 à hauteur de l’intersection Tally Bou Mack, vers 21 h. Les deux suspects, D Diop et M Faye ont été déférés devant le Procureur pour association de malfaiteurs, vol et complicité de vol avec violence, commis la nuit dans un moyen de transport. Face aux enquêteurs, le chauffeur et l’apprenti ont nié en bloc. Selon eux, les malfaiteurs, après avoir commis leur forfait, ont pris la fuite en direction de Guédiawaye. Une passagère, M D B Sall, qui rentrait à Pikine Gazelle, a perdu son sac à main qui contenait 19.800 Fcfa et un téléphone portable. Malgré leurs cris et leurs appels au secours, le chauffeur n’a pas voulu lever le pied de l’accélérateur. C’était le sauve-qui-peut et certains sont sortis par la fenêtre. Quant à F B Sèye, c’est juste au moment où elle prenait place qu’un individu a brandi un couteau devant elle. Ses acolytes, qui étaient sur les marchepieds, en ont fait de même avec les autres passagers. Ils ont pris son sac contenant son trousseau de maquillage et son téléphone portable. Tétanisée, elle n’a pas pu crier. Lorsque le véhicule s’est enfin arrêté, les passagers sont descendus du car. Pour CorrIgEr SA FILLE S Touré METTAIT Du PIMEnT Sur SES PArTIES InTIMES Pour, dit-elle, redresser sa fille de 6 ans, à qui elle reproche de voler des denrées alimentaires et de l’argent, S Touré s’y est prise de la plus ignoble manière. Elle versait du piment sur ses parties intimes et de l’eau bouillante sur ses mains. Plusieurs fois rappelée à l’ordre, en vain, par des relais communautaires (Badjanou Gokh), la mère a finalement été conduite au Commissariat des Parcelles Assainies. Le 18 juin, le voisinage direct qui était au courant des actes de torture a constaté que les brûlures s’infectaient et a avisé les relais communautaires, qui passaient régulièrement pour s’enquérir de la situation de la petite. Interrogée par les éléments du Commissariat de Police des Parcelles Assainies, S Touré, née en 1991, qui avait son enfant sur le dos à l’arrivée des relais communautaires, fait savoir que la victime F Cissé est son unique enfant. Son époux vit en France et elle habite à l’Unité 11 des Parcelles Assainies avec sa belle-famille. Malgré son jeune âge, son rejeton vole des denrées alimentaires et de l’argent dans leur chambre. Elle dit l’avoir corrigée par le passé, mais que la petite persistait dans le mauvais chemin. Le 17, vers 21 h, la maman a ébouillanté les deux mains de F Cissé pour qu’elle cesse définitivement de voler, se justifie-t-elle. Cependant, S Touré admet avoir exagéré dans la punition. Elle a été déférée devant le Procureur pour sévices corporels sur enfant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.