Tension diplomatique entre Paris et le nouveau gouvernement italien sur la crise migratoire

L’Italie, ulcérée par les déclarations de la France sur l’« Aquarius », estime qu’elle a constamment manqué de solidarité dans l’accueil des réfugiés.

La tension monte entre Paris et Rome. L’Italie, qui exige des excuses de la France, a convoqué l’ambassadeur français et menacé d’annuler une rencontre entre les dirigeants français et italien vendredi à Paris. Les déclarations d’Emmanuel Macron dénonçant « la part de cynisme et d’irresponsabilité du gouvernement italien » après son refus d’accueillir l’Aquarius ont en effet été très mal reçues à Rome.

Intervenant devant le Sénat, le ministre de l’intérieur italien, Matteo Salvini, a appelé, mercredi 13 juin, le président Macron à « passer de la parole aux actes », en faisant preuve de « générosité ». Il a également rappelé que la France s’était engagée à accueillir plus de 9 000 migrants arrivés ces dernières années en Italie mais qu’elle n’en avait accueilli que 640 et avait renvoyé en Italie 10 249 migrants ayant passé la frontière, entre le début de l’année et la fin du mois de mai.

« Notre histoire de solidarité, d’humanité et de volontariat ne méritait pas d’être apostrophée dans ces termes par des représentants du gouvernement français, dont j’espère qu’ils présenteront des excuses officielles dans les plus brefs délais », a encore déclaré M. Salvini, qui a estimé plus tard, devant des journalistes, que, sans « excuses officielles » de la France, il valait mieux annuler la rencontre prévue vendredi entre le président français, Emmanuel Macron, et le chef du gouvernement italien, Giuseppe Conte.

Le ministre des affaires étrangères italien, Enzo Moavero Milanesi, a lui aussi fait part de sa colère dans un communiqué : « Le gouvernement italien considère inacceptables les paroles utilisées dans des déclarations publiques hier à Paris », écrit-il. S’il « comprend qu’un Etat ami et allié puisse  être  en désaccord avec les positions d’un autre Etat », M. Moavero Milanesi estime que « le désaccord doit être exprimé d’une manière et dans des formes cohérentes avec un tel rapport d’amitié ».

Quant au ministre de l’économie italien, Giovanni Tria, il a annulé sa rencontre prévue mercredi en fin d’après-midi avec son homologue français Bruno Le Maire.

LeMondeAfrique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.