Retransmission des matchs de football: Faites gaffe aux GAFA

Alors que Youtube a annoncé fin mai qu’il diffuserait en streaming gratuit 110 matchs de la prochaine saison du championnat brésilien, c’est Amazon qui a empoché en juin les droits de diffusion de soixante matchs de Premier League entre 2019 et 2022. De quoi se demander si les fameux GAFA (Google, Amazon, Facebook, Apple) vont bouleverser le marché des droits de diffusion du sport et du football professionnel.

La nouvelle a fait son petit effet. C’est forcément le cas quand une firme qui pèse près de 180 milliards de dollars de chiffre d’affaires décide de s’aventurer sur de nouveaux terrains. Voilà un bon bout de temps que l’ombre d’Amazon planait sur le football anglais. Mais le géant américain vient de transformer l’essai en s’offrant, pour un montant encore inconnu, vingt matchs de Premier League par saison entre 2019 et 2022. Une première percée dans le football pour la firme de Jeff Bezos, qui mise de plus en plus sur l’achat des droits de diffusion d’événements sportifs.

Amazon, un avant-goût de Premier League

L’entreprise de commerce électronique n’est pas la seule à lorgner sur le ballon rond. Illustration directe avec Youtube, qui a annoncé fin mai qu’il diffusera en direct et gratuitement 110 matchs de première division brésilienne dans une trentaine de pays d’Europe – dont la  la France  En juin 2017, Facebook avait pour sa part conclu un partenariat avec Fox Sports pour diffuser en streaming aux États-Unis des matchs de Ligue des champions en 2017-2018. Néanmoins, les investissements des GAFA dans le sport ne se limitent pas au football.S’il semble encore un peu tôt pour qu’Amazon et les autres mastodontes du web règnent sur les droits TV du football, la pénétration des GAFA dans l’industrie du sport est tout de même appelée à probablement s’accentuer dans les années à venir. Notamment parce que le sport reste un objet de divertissement à part entière. « On peut augmenter la production de séries télévisées par exemple, mais on ne peut pas multiplier à l’infini les affiches sportives » , expliquait au Monde l’expert médias Philippe Bailly. Cette rareté est un atout supplémentaire pour celui qui détient les droits.   » De quoi inciter les GAFA à aller carrément zieuter du côté de la Ligue 1. En décembre dernier, le directeur général de la LFP, Didier Quillot, déclarait ainsi que la Ligue avait « discuté avec Facebook et Amazon  » . Même si les GAFA ont finalement dû se coucher face à la concurrence pour la période 2020-2024, le gros lot des droits TV finissant dans la besace de being Sports et de Mediapro. Affaire à suivre.

Sofoot