Situation des enfants de la rue : des défis importants à relever pour assurer le respect des droits des enfants (SAMU SOCIAL SÉNÉGAL)

Le Samu social Sénégal, en collaboration avec l’union européenne, a tenu ce matin une conférence de presse qui marque la clôture de son programme intitulé « développer le système de protection pour les enfants de la rue au Sénégal: renforcer les services, les compétences et la mobilisation ».  Selon les propos du représentant de l’UE Clemens Schroeter il reste des défis importants auxquels le Sénégal doit apporter des réponses concrètes pour assurer un respect des droits des enfants ,malgré les progrès enregistrés tout au long de ces dernières années.

Subventionné à hauteur de 400 millions de FCFA par l’union européenne sur un coup global de plus de 600 millions de FCFA, le Samu social Sénégal cherche à travers ce programme à améliorer la situation des enfants les plus vulnérables en leur apportant une meilleure protection. Les activités de prise en charge des enfants de la rue, la sensibilisation, le renforcement des capacités des acteurs, les subventions en cascade de trois de leurs associations partenaires, dont deux centres d’accueil furent les activités phares de ce programme mis en œuvre au mois de mars 2016. Son élaboration a permis à plus de 1200 enfants de bénéficier d’une prise en charge médico-psychhosocial, 840 enfants d’être mis à l’abri dans le centre d’hébergement d’urgence du Samu Social, 379 enfants de retourner au sein de leur famille pérenne et 328 professionnels et étudiants de bénéficier de renforcement de capacités. Madame Isabelle Guillebon directrice de Samu social Sénégal assure qu’il est primordial « d’informer, de sensibiliser et de mobiliser toutes les parties prenantes et acteurs dans la protection de l’enfance en faveur des droits des enfants et adolescents de la rue. Revenant sur l’aspect réinsertion dans la prise en charge des enfants de la rue, la directrice de Samu Social assure que tous les 7000 enfants pris en charge depuis 15 ans bénéficient chacun d’un suivi à travers un dossier individuel réalisé avec l’appui des différentes équipes mobiles d’orientation qui font des visites à domicile pour évaluer l’insertion des enfants à leur retour au sein de leur famille.

Evoquant les réalisations du programme elle avance que «  ces activités d’accompagnement sans condition et individualisé des enfants de la rue ont été soutenues par une grande campagne de sensibilisation et de plaidoyer intitulé « Zéro violence dans nos familles dans nos daaras, dans nos rues ». Poursuivant ses propos elle ajoute que « l’union Européenne, les partenaires étatiques, la société civile et les communes de Dakar ont été largement impliqués dans les actions du Samu Social Sénégal grâce à la dynamique du Cadre de Concertation Ville de Dakar/Samu Social Sénégal. »

Toutefois de l’avis du représentants de l’Union Européenne à cette rencontre avec les médias, Clemens Schroeter « il est important de résoudre de manière structurelle au Sénégal ce phénomène des enfants de la rue car est force de constater que malgré les progrès enregistrés tout au long de ces dernières années il reste des défis importants auxquels le Sénégal doit apporter des réponses concrètes pour assurer un respect des droits des enfants ». « Et cela implique une approche beaucoup plus préventive et inclusive surtout de la, part de l’Etat du Sénégal » a fait savoir M Schroeter avant de réaffirmer l’engagement de l’Union Européenne à accompagner Samu Social dans son programme de lutte contre le phénomène des enfants de la rue. Dans ce sens il a soutenu que  » la problématique des enfants en situation  de vulnérabilité consiste une des priorités essentielles de l’union européenne » c’est dans ce cadre que l’UE a tenue à subventionner ce programme de Samu Social Sénégal. Depuis sa création à Dakar en 2003, Samu Social a permis d’héberger plus de 2700 enfants et réorienter plus de 900 enfants en famille ou en centre partenaire. L’Union Européenne espère que le travail que Samu Social et les autres organisations sont entrain de mener va permettre à coup sur de réduire les abus et les violences dont sont victimes des personnes en situation de vulnérabilité en particulier les enfants ».

Toutinfo.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.