Mondial 2018 : les quarts de finale, un challenge pour le Nigeria

Le Nigeria, régulièrement qualifié à la Coupe du monde depuis une vingtaine d’années, usera de toutes ses forces pour accéder en fin aux quarts de finale, mais avant cela il faut exister dans le groupe D très homogène.

En Afrique, le Nigeria est une nation de foot reconnue. Pour preuve, les Super Eagles en seront à leur sixième participation au Mondial (1994, 1998, 2002, 2010, 2014 et 2018). De la génération de Rashidi Yekini (1994) à celle de David Moses (2018), les Nigérians n’ont presque jamais été ridicules dans cette compétition.

En Russie, la campagne du Nigeria débutera face à la Croatie. Le damier (surnom de l’équipe nationale croate), malgré son énorme potentiel, n’a pas réussi à atteindre le dernier carré d’un grand tournoi (Euro ou Mondial) depuis belle lurette. Il faut remonter le temps jusqu’à la Coupe du monde 1998, sa première d’ailleurs, pour voir la Croatie se hisser sur le podium en partie grâce à Davor Šuker, son homme providentiel. Avec Modrić et Kovačić au Real Madrid, Rakitić au FC Barcelone, Perišić à l’Inter Milan ou encore Lovren à Liverpool, la Croatie jouera sa cinquième Coupe du monde avec un statut d’outsider derrière les grandissimes favoris.

L’Islande sera le deuxième obstacle à franchir pour le Nigeria. Le nom de ce pays insulaire d’Europe restera à jamais lié à son fameux “ clapping ” que le monde entier a découvert durant l’Euro 2016 organisé par la France.

A côté de ce phénomène viral, les Islandais se sont aussi distingués sur le terrain en atteignant les quarts de finale (défaite 2-5 face aux Tricolores). Comme à l’accoutumée, l’Islande s’appuiera sur son collectif pour faire parler d’elle en Russie. Car, les stars ne sont pas légion dans cette formation, à l’exception peut-être de Gylfi Sigurdsson, un milieu offensif portant les couleurs d’Everton en Premier League anglaise. Se défaire de ces durs à cuire ne sera donc pas une sinécure pour le Nigeria.

Le Nigeria aura à se frotter à l’Argentine. Entre ces deux contrées et la Coupe du monde, c’est une longue histoire. En effet, les Super Eagles vont croiser pour la cinquième fois l’Albiceleste dans cette joute. Pour le moment, l’Argentine domine ce duel avec quatre victoires en 1994, 2002, 2010 et 2014. Finalistes malheureux de la dernière édition, les héritiers de Diego Armando Maradona suscitent beaucoup d’attentes au pays des Tsars. Avec Lionel Messi, Angel Di Maria, Paulo Dybala, Sergio Agüero et Gonzalo Higuain, l’Argentine peut faire vaciller plus d’un.

Huitième de finaliste à trois reprises (1994, 1998 et 2014), le Nigeria a bénéficié de l’arrivée de binationaux à l’instar de Victor Moses et Alex Iwobi. En attaque, ces joueurs évoluant dans des tops clubs (Chelsea FC et Arsenal) peuvent valoir d’énormes satisfactions. En sentinelle devant la défense, Wilfred Ndidi, le sociétaire de Leicester est capable de colmater les brèches. Tout compte fait, les Nigérians ont les atouts pour s’en sortir.

La liste

Gardiens (3) : Ikechukwu Ezenwa (Enyimba FC, Nigeria) ; Francis Uzoho (Deportivo La Corogne, Espagne) ; Daniel Akpeyi (Chippa United, Afrique du Sud).

Défenseurs (8) : Abdullahi Shehu (Bursaspor, Turquie) ; Tyronne Ebuehi (Ado Den Haag, Pays-Bas) ; Elderson Echiejile (Cercle Bruges, Belgique) ; Brian Idowu (Amkar Perm, Russie) ; Chidozie Awaziem (Nantes, France) ; William Ekong (Bursaspor, Turquie) ; Leon Balogun (Mayence, Allemagne) ; Kenneth Omeruo (Kasimpasa, Turquie).

Milieux (6) : Mikel John Obi (Tianjin Teda, Chine) ; Ogenyi Onazi (Trabzonspor, Turquie) ; Wilfred Ndidi (Leicester, Angleterre) ; Oghenekaro Etebo (Las Palmas, Espagne) ; John Ogu (Hapoel Beer Sheva, Israel) ; Joel Obi (Torino, Italie).

Attaquants (6) : Ahmed Musa (CSKA Moscou, Russie) ; Kelechi Iheanacho (Leicester, Angleterre) ; Victor Moses (Chelsea, Angleterre) ; Odion Ighalo (Changchun Yatai, Chine) ; Alex Iwobi (Arsenal, Angleterre) ; Nwankwo Simeon (Crotone, Italie).

Entraîneur : Gernot Rohr (Allemagne)

Le calendrier en heure GMT : 16 juin 2018 : Croatie / Nigeria, 19h (Kaliningrad) ; 22 juin 2018 : Nigeria / Islande, 15h (Volgograd) ; 26 juin 2018 : Nigeria / Argentine, 18h (Saint-Pétersbourg).

Source APA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.